La casse d'une canalisation à Jarry, responsable d'une pollution du plan d'eau de Lauricisque

travaux publics
Lauricisque
©Yasmina Yacou

Les activités nautiques sont suspendues, sur le plan d’eau de Lauriscique, à Pointe-à-Pitre. En cause, une pollution due à un déversement d'eaux usées, depuis la casse d’une canalisation à Jarry, à Baie-Mahault, le 4 février dernier.

Le 4 février, un affaissement de la chaussée sur le giratoire en haricot, à Jarry, entraînait une forte perturbation de la circulation. Le trou béant formé sur la voirie était dû en fait à une rupture de la canalisation principale qui transporte les eaux usées de Pointe-à-Pitre et d'une partie des Abymes, vers la station d'épuration située dans la zone industrielle de Baie-Mahault.

Trou chaussée rond-point haricot Jarry
©Routes de Guadeloupe

 

Une réparation délicate

Les travaux effectués la nuit suivante ont consisté simplement à remblayer la cavité, pour permettre aux véhicules de circuler à nouveau. Mais la conduite d'eau, elle, n'est pour l'instant pas réparée, car le chantier est délicat. Dans cette zone, cohabitent de multiples réseaux souterrains : câbles électriques, pipelines alimentant la SARA (société anonyme de raffinerie des Antilles), câbles téléphoniques et réseau d'eaux pluviales. Il faut donc finaliser la localisation de tous ces réseaux, avant de creuser. Pendant ce temps, les eaux usées libérées par la casse sont détournées par un système de trop-plein et se déversent en milieu naturel ; en l'occurence à l'embouchure de la Rivière Salée, non loin de la base nautique de Lauricisque, dédiée à la pratique du kayak. Un pis-aller, explique Eau d'Excellence, la régie des eaux de Cap Excellence, qui a informé la Direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement.

Activités nautiques suspendues

Pas d'information, pour l'heure, sur l'impact de cette pollution. Des prélèvements ont été effectués. Mais, principe de précaution oblige, les activités de kayak sur le plan d'eau sont donc suspendues. Et cela sans doute pour un bon moment, puisque les travaux, qui ne devraient pas démarrer avant la semaine du 22 février, vont durer trois semaines.
Il s'agit de remplacer, sur au moins une trentaine de mètres, cette canalisation de 600 millimètres de diamètre ; une de ces vieilles conduites en amiante-ciment...

Les Outre-mer en continu
Accéder au live