Le dépaysement de l'affaire des violences urbaines validé en Cassation

justice
Cour de Cassation
©DXR
Le parquet de Pointe-à-Pitre a annoncé que la Cour de Cassation a validé mardi (8 mars), la saisine de la JIRS, la juridiction interrégionale spécialisée en matière de criminalité organisée, dans le dossier des violences urbaines des mois de novembre et décembre derniers.

La haute juridiction avait été saisie à la suite de l’annonce du procureur de la République à Pointe-à-Pitre de se dessaisir du dossier des organisateurs des violences urbaines en Guadeloupe et de le confier à cette juridiction spécialisée en Martinique, le 7 février dernier.

Le dossier des "Grands frères" a été jugé complexe avec trop de ramifications, selon le parquet. L’enquête va se poursuivre avec "des moyens renforcés".

Créées par la  loi du 9 mars 2004 et mises en place en octobre 2004, les juridictions interrégionales spécialisées (JIRS) regroupent des magistrats du parquet et de l’instruction possédant une expérience en matière de lutte contre la criminalité organisée et la délinquance financière dans des affaires présentant une grande complexité.

Les JIRS bénéficient de dispositifs novateurs en matière d'enquête (infiltrations, sonorisations, équipes communes d'enquête entre plusieurs pays).

Pour rappel, huit personnes, dont un fonctionnaire de police, avaient été interpellées le 17 janvier, puis mises en examen.  Elles sont soupçonnées d'avoir activement participé à l'organisation et la préparation des violences urbaines qui se sont déroulées à Pointe-à-Pitre, Baie-Mahault et dans les communes avoisinantes courant novembre et décembre 2021, et notamment dans la nuit du 26 au 27 novembre à Pointe-à-Pitre.