Le ministre des Outre-mer et les renforts sanitaires seront en Guadeloupe dès ce mardi soir

coronavirus
Sébastien Lecornu
Le ministre des Outremer a évoqué le rôle important que les parents ont à jouer dans la lutte contre la délinquance juvénile. ©Outre-mer la 1ère
Sébastien Lecornu vient voir de lui-même la réalité de l’évolution de l’épidémie de Covid et son impact sur les services hospitaliers, en Guadeloupe. Il envisage d'adapter les mesures de freinage du virus. Le ministre des Outre-mer sera là en fin de journée avec 120 soignants qui arrivent en renfort

Alors que les chiffres de l’épidémie de coronavirus ne cessent de croitre, dans l’archipel guadeloupéen, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, a pris la décision de rogner sur ses congés ministériels pour venir au chevet de la Guadeloupe, puis de la Martinique.

L’occasion pour lui de témoigner de la solidarité de l’Etat envers nos territoires ; d’ailleurs, dans ses bagages, le locataire de la rue Oudinot aura les précieux renforts venus de l’Hexagone, afin de faire face à la tension hospitalière qui s’accentue, chez nous. Par ailleurs, Sébastien Lecornu fera le point sur les mesures de freinage mises en place.

Programme de la visite ministérielle

Parmi les points forts de la visite ministérielle, il y a la rencontre des personnels soignants des centres hospitaliers de l’archipel. Ce sera le cas, ce mardi 10 août 2021, à 19h00, au sein des services des urgences, de la réanimation et de la médecine du CHU de Pointe-à-Pitre/Les Abymes. Puis, demain, mercredi, Sébastien Lecornu se rendra dans les mêmes services du CH de Basse-Terre, à compter de 18h15, selon son planning.

Le ministre des Outre-mer participera, par ailleurs, comité de suivi des élus hebdomadaire, « aux fins d’analyse de la situation sanitaire actuelle et de la mise en place d’éventuelles mesures supplémentaires pour ralentir la propagation de la Covid-19 en Guadeloupe » ; réunion prévue ce mercredi 11 août, dès 15h00, suivie de la traditionnelle conférence de presse, en préfecture, à 17h00.
D'ailleurs, avant son arrivée, Sébastien Lecornu ainsi que le ministre de la santé et de la solidarité, Olivier Veran ont conjointement écrit aux élus de Guadeloupe et de Martinique, pour évoquer l'ampleur de la crise sanitaire (nombre de cas, tension hospitalière, déprogrammation d'opérations médicales, etc.), mais aussi l'investissement de la nation (évacuations sanitaires, appel à la solidarité nationale et mobilisation des professionnels de santé, mesures d'aide économique d'urgence...). L'occasion aussi pour eux de reparler de la vaccination :

Alors que les initiatives publiques et privées, émanant du monde socio-économique ou de la société civile, se sont multipliées, pour inciter à la vaccination, seuls 17% des Antillais disposent, à ce jour, d'un schéma vaccinal complet.

Nous souhaitons de nouveau aujourd'hui, solennellement en appeler à votre responsabilité et à votre engagement d'élus, pour que vous amplifiez les efforts afin de rattraper le retard dans la vaccination des populations de Martinique et de Guadeloupe.

Ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu et ministre des la santé, Olivier Veran - courrier du 09/08/2021

Courrier aux élus Antilles co-signé MOM, MSS

Autre temps forts de ce déplacement : la visite du centre de vaccination du Carmel, dans le chef-lieu, mercredi, à 11h30.

Sébastien Lecornu s’envolera pour la Martinique jeudi matin.

Une visite ministérielle à suivre sur Guadeloupe La 1ère

Cette visite ministérielle est à suivre dans les différentes éditions radio et TV de Guadeloupe La 1ère, ainsi que sur nos supports web. Un direct Facebook Live est notamment prévu, après la visite au CHUG, ce soir, à 20h30, quand Sébastien Lecornu ira accueillir les renforts à l'aéroport. De même, chaque étape sera retransmise, en direct Facebook Live, chez nous.

En outre, le ministre des Outre-mer nous accordera une interview exclusive, mercredi soir, à compter de 19h30 (le journal régional du soir sera alors avancé à 19h00). Il sera interviewé par Jérôme Boecasse et Cecile Marre. 

Les renforts sanitaires

Environ 120 soignants poseront le pied sur le tarmac de l’aéroport « Guadeloupe – Pôle Caraïbes » à 19h00, ce mardi 10 août. Et ils sont autant à avoir pour destination la Martinique.
Tous ont répondu à l’appel du Gouvernement, pour venir en appui de leurs confrères du CHUG et des établissements de santé de nos territoires.
L’arrivée de ces renforts (médecins généralistes, anesthésistes, aides-soignants, infirmiers, ou encore personnels de laboratoires) correspond aux attentes des personnels soignants locaux, épuisés et qui craignent un afflux toujours plus important de patients, dans les prochains jours.  

Pour Le Docteur Patrick Portecop, chef de service du SAMU et chef de pôle de soins critiques du CHUG, ces renforts permettront de réorganiser les services et les équipes, de façon à faire face à une situation épidémique désastreuse. Il l’a dit à Christelle MARTIAL:

Dr Patrick Portecop : "Ces personnels nous permettront d'armer des espaces que nous libérons au profit des patients Covid"

La situation sanitaire est critique, dans notre département, avec un taux d’incident qui explose. Depuis quelques jours, le personnel soignant voit, impuissant, arriver de plus en plus de patients Covid, pour lesquels, il faut trouver de la place. L’objectif pour les établissements de santé est de fluidifier la circulation des patients.  

Dr Patrick Portecop : "La Guadeloupe est en train de subir un afflux saturant de patients affectés par le Covid"

A cause de la dégradation de la situation sanitaire, chez nous, les services hospitaliers ont dû, ces derniers jours, déprogrammer plusieurs opérations hors Covid.  

Dr Patrick Portecop : "Nous aurons besoin de toute la disponibilité des soignants, pour faire face à l'urgence Covid"

Selon le Dr Patrick Portecop , d’ici 15 jours, nous saurons si les renforts envoyés sont suffisants.            

Par ailleurs, il a voulu faire paser un message très important, aux malades de Guadeloupe : il faut qu'ils aient le réflexe de consulter leur médecin traitant, pour leurs soins courants et qu'ils anticipent leur renouvellement d'ordonnance, pour ne pas se retrouver en rupture.