Les compagnies d'aviation se disputent le ciel des Antilles

transports
Compagnies d'aviation

Concurrence pas loyale ou encore surcapacité qui risquent de faire baisser les prix des billets d’avions sous le seuil de rentabilité. Corsair et Air Caraïbes critiquent vivement le choix d’Air France d’augmenter de 60% son offre de sièges vers les Antilles pour les grandes vacances.

Jusqu’à 21 vols par semaine vers la Guadeloupe, la Martinique ou la Réunion depuis Orly ou Roissy, pour ces grandes vacances,  : Air France met le paquet : 60% de sièges de plus qu’à l’accoutumé vers nos destinations.
Certains triple 7 habituellement affectés à l’étranger, aujourd’hui au ralenti en raison des restrictions sanitaires, vont être déployés sur les outremers.

Mais ce choix stratégique agace profondément ses concurrentes sur les lignes Antillaises. Le PDG de Corsair parle de "hausse décorélées de la réalité du marché", celui d’Air Caraïbes surenchérit et redoute avec cette surcapacité de l’offre une baisse des prix des billets au-dessous du seuil de rentabilité, allant jusqu’à parler de concurrence pas loyale.
Jean Paul Dubreuil enfonce même le clou quant aux capacité des aéroports Antillais à traiter efficacement et donc sans occasionner de retard, 8 ou 9 gros porteurs par jour, dans le respect des règles sanitaires liée au Covid. Il déclare avoir écrit au directeur de Pôle Caraïbes et au président de la CCIIG sur cette question.   

De son côté Air France affirme elle, que ce renforcement de son offre correspond à une demande forte et réelle en raison de la place laissée vacante avec la disparition des 2 low-cost,  Xl Airways et Level.