publicité

Les prix plus élevés en Guadeloupe qu'en Métropole: la réaction des consommateurs

40% d’écart : La différence de prix entre le panier d’une ménagère qui fait ses courses ici et celui d’une ménagère qui fait ses courses dans l’hexagone peut atteindre jusqu’à 40%. C’est ce qu’il ressort de l’enquête menée par L’INSEE.

  • FJO avec E. Rayapin et J. Boecasse et Olivier Lancien.
  • Publié le , mis à jour le
Ce n'est d'ailleurs pas une surprise. La simple comparaison faite par tous ceux qui voyagent entre l'Hexagone et les Antilles permet déjà de constater cet écart de prix. Le bon sens populaire fait même que certains préfèrent acheter en Métropole à l'occasion de ces voyages.
L'ennui c'est qu'au lendemain du mouvement de 2009, tout devait être fait pour réduire cet écart. Un observatoire des prix a été mis en place pour veiller constamment à cette évolution des prix. Mais 7 ans après, le constat de l'INSEE est bien là : L'écart entre la Métropole et l'Outremer demeure. 
Le choc réside dans le niveau de différence constaté par l’INSEE : 
L’alimentation + 33% et +42 % pour celle considérée comme étant celle de base.
La communication Egalement  + 33%
La santé + 18,7%
Le taux le plus bas reste le transport  1,3%
Pourtant, c'est en se basant sur la réduction supposée de l'écart que beaucoup de politiques et le Conseil d'Etat lui-même prônent aujourd'hui la disparition de l'indexation des salaires des fonctionnaires et assimilés, estimant qu'elle n'a plus lieu d'être.
Nul doute que ces chiffres de l'INSEE relanceront de fait le débat mais aussi les volontés de mobilisation des organisations syndicales en Guadeloupe.
George Pau Langevin indique d'ailleurs que l'étude de l'INSEE confirme la priorité que doit constituer la lutte contre la vie chère dans les outremers. Une action de l'état qui s'inscrit dans la durée souligne George Pau Langevin. La ministre qui annonce d'ores et déjà de nouvelles actions pour le commerce de proximité, les tarifs téléphoniques, la production locale et le logement.
Elie Domota, le secrétaire général de l'UGTG et porte parole du LKP n'est pas vraiment surpris de ces écarts de prix.... C'est pour lui la conséquence du non respect des accords signés en 2009 avec le LKP.

Voir l'analyse d'Eric Rayapin : 
ANALYSE SUR LES COMPARAISONS DE PRIX

Voir aussi  : 
 

ENTRETIEN AVEC JEAN BAPTISTE BERRY DE L INSEE




Sur le terrain, les consommateurs guadeloupéens confirment que ce n'est pas qu'un simple sentiment de prix plus élevés dans notre archipel. Au quotidien, ces consommateurs doivent faire des choix, user de stratégies.
Ecoutez ces quelques réactions recueillies à la sortie de grandes surfaces dans la région de Baie-Mahault.
 

L'avis des consommateurs guadeloupéens sur les prix élevés dans l'archipel, notamment pour les produits alimentaires.

Les guadeloupéens constatent, au quotidien, cet écart de prix entre l'hexagone et la Guadeloupe. Des réactions recueillies par Olivier Lancien.


Les associations de consommateurs indiquent qu'elles ont alerté depuis plusieurs années les autorités sur ces écarts incompréhensibles entre les outre-mer et l'hexagone, même pour les prix de la santé.
 

Les prix plus élevés en Guadeloupe que dans l'hexagone

Hilarion Bévis-Surprise, le président de l'ADEIC, l'association de défense, d'éducation et d'information des consommateurs de Guadeloupe.



Des consommateurs qui attendent beaucoup d'une action des autorités pour faire baisser les prix.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play