Les syndicats de police réclament des renforts, à la hauteur de la violence avec armes qui gangrène l'archipel

sécurité
Police déblaiement/nettoyage barrage Perrin Abymes
©Jean-Marie Mavounzy
Des agressions, des braquages, des homicides… la Guadeloupe connaît une poussée de violences, depuis le début de l’année 2022. Une réalité marquée par une forte circulation d’armes diverses. Dans ce contexte, les syndicats de police dénoncent, une fois de plus, le manque de moyen.

Depuis plusieurs semaines, les forces de police constatent une recrudescence des actes de violence, avec armes blanches et armes à feu, en Guadeloupe. 
La période du Carnaval 2022 a été particulièrement agitée. 
Bilan : plusieurs victimes sont à déplorer.

Les forces de l’ordre semblent totalement démunies, face à ce phénomène.

Une demande de renforts pérennes

Les syndicats de police dénoncent un manque de moyens criant, alors que les agents de terrain sont régulièrement pris à partie, dans l’exercice de leur métier, comme le confirme Patrice Abdallah, secrétaire départemental du syndicat Unité SGP Police-FO :

Patrice Abdallah : "Il faut noter que depuis le mois de janvier, une dizaine d'armes à feu ont été récupérées sur des individus. Il faut quand même souligner qu'aucun département, dans l'Hexagone, ne connait ce genre de situation".

Ces actes qui se multiplient posent immanquablement la question de la lutte contre la violence, dans l'archipel.
Pour le syndicat Unité SGP Police-FO, les renforts envoyés lors de la contestation sociale d’il y a quelques semaines, n’ont pas réglés les problèmes sur le terrain. Car ces hommes sont repartis entre-temps.
Le syndicat dénonce cette manière de faire des autorités et demande la mise en place d’une politique claire, pour endiguer la circulation des armes, sur le territoire :

Patrice Abdallah : "Les renforts sont bien entendu repartis et nous sommes bien sûr laissés à notre triste sort (...). Cette solution d'envoyer des renforts de manière périodique n'est pas la bonne".

 

Compensation matérielle

Dans la matinée du mercredi 9 mars 2022, les policiers du Morne Vergain, aux Abymes, ont reçu huit véhicules neufs. Le préfet de Région, Alexandre Rochatte, s'est rendu sur place pour procéder à la remise des clefs.
Six de ces véhicules seront affectés à la sécurité publique et deux à la police aux frontières.

Les syndicats de police ont aussi régulièrement dénoncé le manque de moyens matériel.
Pour le préfet, il s’agit de voitures qui rentrent dans le cadre de la modernisation des équipements de service.

Le renouvellement et l'adaptation constante du parc automobile de la police demeurent des enjeux majeurs. Les services doivent en effet pouvoir compter sur les meilleurs équipements afin d'assurer au quotidien leurs missions.

Communiqué de la préfecture

Ces voitures ont coûté 195.597 euros.

La flotte s'est accrue de 8 véhicules, 2 motos et un véhicule équipé pour les forces spéciales.
La flotte s'est accrue de 8 véhicules, 2 motos et un véhicule équipé pour les forces spéciales - 09/03/2022. ©Préfecture de la Guadeloupe