Le Blues du tourisme à Marie-Galante

tourisme marie-galante
Survol Marie-Galante
©Gendarmerie nationale
Les conséquences économiques du Covid-19 seront désastreuses. Elles le sont déjà pour plusieurs communes de la Guadeloupe, mais encore plus pour celles de Marie-Galante. Un cri d'alarme de plusieurs acteurs du tourisme de l'île aux 100 moulins... 
Marie-Galante souffre de ce ou cette covid 19. Les conséquences sont déjà là. L'industrie du tourisme fait vivre une grande partie des habitants de l'île. L'annulation de deux des évènements phares de Marie-Galante provoque les inquiétudes. Les autorités ont reporté à l'année prochaine le festival Terre de Blues et le tour cycliste de Marie-Galante. Deux évènemen,ts majeurs moteurs économiques. L'exemple avec Camille Léonidas, loureur de voiture sur l'île aux cent moulins. Un chef d'entreprise qui est à la tête d'une flotte d'une trentaine de véhicules, il emploie deux salariés. Il déplore des annulations en cascade. En début d'année, son carnet de commande étaient plein. 

Le blues du tourisme à Marie-Galante

Même sentiment d'impuissance pour Aubert Héron, un autre chef d'entreprise de Capesterre. Il est propriétaire de plusieurs gîtes. Depuis mars dernier, son entreprise n'a plus de client, les factures s'accumulent et il n'y a plus une seule rentrée d'argent. De quoi provoquer de grosses insomnies pour ce chef d'entreprise. 

Aubert Héron, loueur de Gîtes à Marie-Galante

Les commerçants eux aussi souffrent. Malgré le retour des rotations maritimes, la situation s'annonce catastrophique. Beaucoup espèrent une reprise d'activités pour les grandes vacances qui s'annoncent... 
Le tour cycliste de Marie-Galante et le festival Terre de Blues permettent un accroissement de près de 70% de l'activité marie-galantaise. José Encelade est le président de l'office du tourisme de la communauté des communes veut garder l'espoir. Il faut rebondir ! 

 

José Encelade, le président de l'office du tourisme de Marie-Galante



Tous espèrent la fin de la circulation du virus et la reprise d'une activité économique normale, cela risque d'être long...