Situation de blocage à Marie-Galante

agriculture marie-galante
Route de Folle Anse barrée
©E-M. Golabkan

Ils avaient averti et ce vendredi matin, les opposants aux transferts des cannes de Marie-Galante vers Gardel sont passés à l'action. Entre barrages sur la route du Port de Folle Anse et mobilisation, tout est mis en oeuvre pour que même les essais de transfert n'aient pas lieu.

Ce vendredi matin devait être marqué par le début de la phase d’expérimentation du transfert des 600 tonnes de cannes de Marie-Galante vers Gardel.  Elle doit permettre de s'assurer de la fiabilité de la décision d'effectuer ce transfert.

Mais c'est avec un tout autre scénario que les adversaires du transfert ont réveillé Marie-Galante. Des barrages sur la route du port de Folle Anse où les cannes devaient être acheminées pour être chargée sur la barge de transfert. Le kolektif "Moun Marigalant" a aussi bloqué l’accès à la balance pour s'assurer qu'aucune canne ne sera pesée pour cet acheminement. Des tas de cannes ont été déversées également devant les portes des bureaux de la direction. Une direction qui jusque-là, refuse le dialogue avec ses ouvriers... Par ailleurs, un escadron de gendarmerie a pris position aux abords de l’usine, prêt à intervenir, si jamais la situation venait à se dégrader.

mouvement marie-galante
©E-M. Golabkan

Tout cela, au grand dam d'ailleurs de ceux qui tenaient à cette expérimentation et son partisans du transfert des cannes, seule manière pour eux d'être rétribués pour cette saison sucrière mais aussi, pour que la récolte 2022, en principe celle du retour en fonction de l'usine, ne soit elle aussi remise en cause.

Fabien Abisur étaient l'invité du journal télévisé de Guadeloupe La 1ère

Bruno André sur place
Le Sous-Préfet de Pointe-à-Pître au milieu des ouvriers de l'usine pour tenter de relancer le dialogue ©L. Gaydu

Le sous-préfet de Pointe-à-Pitre, Bruno André, est arrivé à l’usine de Grand’Anse durant la matinée. Il prévoit de rencontrer direction et ouvriers pour tenter de débloquer la situation... 

Barge
©E-M. Golabkan

Ce vendredi matin, la barge de l'expérimentation est restée au large sans pouvoir charger de cannes, le temps pour les Marie-Galantais de s'entendre sur les risques et les décisions à prendre pour pérenniser cette activité principale de l'économie de leur île.