La mobilisation autour du Karissima se poursuit

social
Défense Karissima
©Christelle Théophile
4 jours après la destruction du restaurant Karissima Plage, démoli sur décision de justice pour occupation illégale du domaine public maritime, la risposte s'organise. Hier, avec son avocat et le collectif des résidents de Grand-Baie, il a fait le point sur l'affaire.
Le Karissima Plage n'existe plus... Le restaurant a été détruit en fin de semaine dernière, sur décision de justice pour occupation illégale du domaine public maritime. Une destruction qui avait provoqué un vif émoi et une mobilisation populaire. Sans succès...

La contre-offensive en marche


Pour autant, à la Datcha, au Gosier, les membres du comité de soutien au gérant de l’établissement ne baissent pas les bras. Et préparent la contre offensive judiciaire... Un comité de soutien a été monté, et la contre offensive judiciaire se prépare. Avec le soutien des habitants de Grand-Baie.

©guadeloupe

 

Réaction du maire du Gosier


Suite à cette conférence de presse, le maire du Gosier, Jean-Pierre Dupont, régulièrement cité dans l'affaire, a souhaité réagir. Dans un communiqué, il dément tout projet immobilier soutenu par la ville, sur la parcelle en question. 
Selon lui, "la démolition a porté non pas sur la propriété originelle (de 8m2), mais sur l’extension du local réalisée illégalement, qui a fait l’objet de multiples verbalisations des services municipaux et de l’Etat (et dont la superficie totale était passée à plus de 32m2)".
Il assure, par ailleurs, que Didier Lordinot, a été informé de la 1ère décision du tribunal administratif, relative à la démolition de l'établissement. 
Et il précise que "la ville n’avait pas à s’interposer dans une affaire qui oppose des personnes privées face à  l’Etat".

Les Outre-mer en continu
Accéder au live