Para-athlétisme : le Guadeloupéen Bruno Naprix guide Timothée Adolphe jusqu'en finale du 100 m

jeux paralympiques
Bruno Naprix et Timothée Adolphe
©France 3
Le binôme Timothée Adolphe et Bruno Naprix sera en finale du 100 mètres T11 des jeux paralympiques de Tokyo, demain/jeudi. L'un est sprinteur non-voyant et l'autre son guide. Tous deux ont remporté leur demi-finale, aujourd'hui.

"Le Guépard blanc" a démontré, ce mercredi 1er septembre 2021, qu'il n'a pas volé son surnom. Timothée Adolphe (de son vrai nom), 30 ans, a remporté sa demi-finale du 100 mètres T11 aux jeux paralympiques de Tokyo, en 11''06.

Le sprinteur vise le podium, voire la médaille d'or, demain, lors de la finale, prévue à 6h10 (heure de Guadeloupe). 

Mais le rêve de l'athlète non-voyant ne peut devenir réalité sans l'aide d'un guide : aujourd'hui, il s'agissait de Bruno Naprix, d'origine guadeloupéenne. C'est aussi lui participera à la phase finale, ce jeudi.


Des yeux, mais des jambes aussi !

Selon la classification officielle, une course est répertoriée T11 lorsque la présence d’un guide est nécessaire. Celui-ci ne doit pas aider l’athlète en le tirant durant l’épreuve et doit franchir la ligne après le coureur.

Le guide et son coureur, reliés par une cordelette de 20 centimètres, doivent adopter le même rythme, la même cadence de foulée. Le premier doit rester en arrière du binôme. Son rôle est d'aider le porteur de handicap à se positionner sur la ligne de départ, de courir à sa vitesse et de l'empêcher de sortir de son couloir. 

Autant dire qu'un guide est avant tout lui-même un sprinteur.
C'est d'ailleurs le cas de Bruno Naprix, qui a eu le temps de se constituer un solide palmarès, dans sa jeunesse, en tant qu'athlète, dans son fief du Val-d'Oise.

Bruno Naprix, âgé de 32 ans, originaire de la Guadeloupe, nous vient en fait du Plessis-Bouchard (Val-d’Oise).
Avec Timothée Adolphe, il enchaîne les belles prestations, comme en janvier dernier, lorsqu'ils ont battu le record du monde du 60 mètres indoor en T11, à Aubière (Puy-de-Dôme).
Les deux partenaires parviennent à fonctionner ensemble, grâce à leurs points communs, du point de vue sportif. Mais aussi grâce à leur entente, humainement parlant.

La disqualification de samedi au 400 m

Le résultat obtenu ce mercredi a le don de faire oublier la déconvenue du week-end : Timothée Adolphe a été disqualifié du 400 m, samedi, pour avoir perdu le lien d'avec son guide du jour : un autre Guadeloupéen, Jeffrey Lami.
Un incident qui arrive, parfois, dans ce sport pratiqué en binôme. Cette fois, c'est au moment de passer la ligne d'arrivée que Timothée a lâché la cordelette.

Timothée Adolphe s'entraîne régulièrement avec cinq guides différents, dont deux qui le suivent en compétition.