Particules fines et algues sargasses nuisent à la qualité de l’air

pollution
Deux maux sont conjugués et dégradent la qualité de l’air, dans l’archipel guadeloupéen, actuellement : les particules fines, dont un nuage survole les îles, ainsi que les algues sargasses qui, ayant stagné sur les côtes exposées jusqu’à se décomposer, génèrent des émanations nocives.

Il fera beau, le jour de la rentrée scolaire, le jeudi 1er septembre 2022, dans l’archipel, à en croire les prévisions de Météo France.
En revanche, il y aura une ombre au tableau : la qualité de l’air se dégrade, dès ce mardi.

La Brume de poussières sahariennes

« L’arrivée progressive de masses d’air chargées en particules contribue à la dégradation de la qualité de l’air », indique Gwad’Air, l’association agréée chargée de la surveillance de la qualité de l'air en Guadeloupe.

Indice "dégradé" ce mardi, puis "mauvais" demain.
Indice "dégradé" ce mardi, puis "mauvais" demain. ©Gwad'Air

L’indice ATMO est « mauvais », dès ce 30 août, à Saint-Martin, compte tenu des niveaux de particules fines PM10 et PM2.5.

Les algues sargasses

Les données collectées via le réseau de mesure du sulfure d’hydrogène et de l’ammoniac, déployé sur 24 sites de l’archipel dans le but de surveiller les émanations de ces gaz issus de la décomposition des algues sargasses, ne sont pas bonnes.

Un bulletin de pré-alerte a été émis par Gwad’Air, du fait de la concentration en sulfure d’hydrogène mesurée pour les sites de Capesterre de Marie-Galante, Grande Anse à Terre-de-Bas, Beauséjour à la Désirade et Moudong à Baie-Mahault.

La décomposition des sargasses génère des émanations de sulfure d'hydrogène, par endroit.
La décomposition des sargasses génère des émanations de sulfure d'hydrogène, par endroit. ©Gwad'Air

Dans ces conditions, l’ensemble de la population est appelé à se tenir éloigné des zones affectées pour les échouages d’algues sargasses en décomposition.

En cas de symptômes (yeux ou gorge qui piquent, larmoiements, maux de tête, difficultés respiratoires, toux, démangeaisons, vomissements, vertiges), s’adresser à son médecin ou pharmacien.

Gwad’Air

De surcroît, pour les personnes vulnérables (nourrissons, jeunes enfants, femmes enceintes, personnes âgées, asthmatiques, personnes atteinte de maladies cardiovasculaires, d’insuffisance respiratoire ou de fortes allergies), il est recommandé de « ne pas séjourner sous le vent des émissions des gaz et d’éviter l’exposition aux autres substances irritantes et/ou allergisantes », comme les fumées de tabac, complète l'opérateur.