Peut-être une issue favorable dans le conflit des agents du SIAEAG

social
négociations SIAEAG 1
©C. Métairon
Après plus de six heures de négociations, ponctuées de 6 suspensions de séance, l’intersyndicale et la direction du Syndicat intercommunal d’alimentation en eau et d’assainissement se sont quittées pour se retrouver au cours de la nuit et reprendre les discussions
Dans la nuit, à minuit et demi, le président Laurent Bernier a fait savoir, par le biais d’une vidéo postée sur face-book, qu’il avait pu faire revenir, très tard, à la table des discussions, les organisations syndicales, qui ont convenu de mettre en place, je cite « un véritable service d’astreinte, qui vaut service minimum », « pour un retour de l’eau très rapidement dans la journée de ce jeudi, dans pratiquement toutes les zones concernées, qui sont soumises à une pénurie depuis plus de 72 heures », fin de citation. Ce service minimum, qui sera évalué ce matin, est arrêté jusqu’à samedi, jour où les négociations reprendront, en présence de tous les acteurs concernés par le protocole du 21 décembre 2014, ajoute Laurent Bernier, qui estime que la fin du conflit est possible dès samedi. 
Ce qui a été sans doute décisif dans ce revirement, c’est le communiqué du préfet, tombé dans l’après-midi, annonçant des réquisitions de certains personnels grévistes, afin de garantir un service minimum, pour garantir un accès normal à l’eau aux établissements publics les plus sensibles, en particulier les hôpitaux, cliniques et maisons de retraite. L’intersyndicale, qui selon le président du SIAEAG, était sur le point de signer pour un service minimum, a alors fait marche arrière et demandé au préfet de retirer les réquisitions. Des réquisitions qui ne devraient donc finalement pas être nécessaires. 
Pour l’heure en tout cas, plusieurs écoles, non alimentées en eau, restent fermées. C’est le cas au Gosier pour l’école maternelle de Mare-Gaillard, fermée jusqu’à la fin de la semaine ; les écoles maternelle et élémentaire de Grand-Bois, fermées jusqu’à nouvel ordre. Statu-quo également à Sainte-Anne et Saint-François. En revanche, à Petit-Bourg, tous les établissements scolaires de la commune ont pu être nettoyés, et sont en mesure de recevoir les élèves ce matin, aux horaires habituels. Toutefois, le service de restauration risque d’être perturbé.
 
Par ailleurs, certaines communes de la Grande-Terre ont pris l’initiative d’organiser des points de distribution d’eau agricole à la population. La préfecture précise que cette eau peut être utilisée pour les usages sanitaires (WC, lavage…), et pour la douche, mais en aucun cas pour se laver les dents, cuisiner ou boire.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live