Pôle Caraïbes : le trafic passager a retrouvé son niveau d’avant crise sanitaire, en juillet/août 2022

transports
Passagers en zone d'enregistrement des bagages à l'aéroport "Guadeloupe - Pôle Caraïbes".
Passagers en zone d'enregistrement des bagages à l'aéroport "Guadeloupe - Pôle Caraïbes". ©Olivier Duflo
Pour la première fois depuis le début de la pandémie de Covid-19, en juillet et en août 2022, le trafic passager est revenu à son niveau de 2019, au sein de l’aéroport « Guadeloupe – Pôle Caraïbes ». La tendance post-restriction du second semestre se confirme donc.

Plein gaz pour le trafic aérien à « Pôle Caraïbes » : l’aéroport de Guadeloupe a renoué avec les bons chiffres mensuels d’avant la période Covid, durant les deux mois des grandes vacances scolaires 2022. 

Le redécollage du trafic passager est principalement dû aux rotations vers et depuis l’Hexagone, qui croissent de  5,8%. Il y a même eu 17.000 voyageurs de plus qu’il y a quatre ans, en juillet/août derniers. Le fait est que les trois compagnies aériennes positionnées sur ce faisceau ont augmenté de 17% leurs offres de sièges, par rapport à 2019.
Par ailleurs, le réseau Europe, inexistant à l’été 2019, a totalisé 3000 voyageurs.
Il y a aussi 2000 personnes de plus sur les vols entre la Guadeloupe et les Iles du Nord : +4,6%.

Mais il y a quelques bémols.
Le faisceau Caraïbe enregistre de mauvais résultats, avec une baisse de l’activité de l’ordre de 50% par rapport à 2019, soit 14 000 passagers de moins qu’en 2019.
Le réseau « Martinique – Guyane » diminue également de 6% (-5.300 passagers).
Idem, pour celui d’Amérique du Nord, avec 7% de retrait, par rapport à 2019.

Malgré tout, durant les dernières grandes vacances, le trafic passager global a légèrement augmenté, en Guadeloupe, de 0,2%.
Des record de fréquentation sont à noter, au mois d’août, où près de 245.000 passagers ont été accueillis à « Guadeloupe – Pôle Caraïbes » (+2,4%), notamment vers Paris (+9%).

Au final, sur les huit premiers mois de l’année, le trafic passager dans le ciel guadeloupéen enregistre une forte progression, par rapport à 2021, même s’il reste tout de même en repli de 18% par rapport à 2019, année de référence.