Près de 3 semaines après les premiers barrages, le pont de La Boucan déblayé par les forces de l'ordre

social
La Boucan nettoyée
©Gessy Blanquet
L'un des plus gros barrages routiers de Guadeloupe, fruit de la contestation sociale née mi-novembre du refus de l'obligation vaccinale des soignants et pompiers, a été démonté par les forces de l'ordre, tôt ce mardi matin. Le pont de La Boucan, à Sainte-Rose est désormais praticable

"Cette nuit, les forces de l'ordre ont débloqué les barrages implantés sur la commune de Sainte-Rose", a annoncé la préfecture dans un communiqué.
Le barrage de La Boucan, à Sainte-Rose, était constitué de près de 20 barricades sur près de 10 km. Quasiment hermétique à tous les véhicules sous la garde de plusieurs collectifs, il a finalement été déblayé par des forces de gendarmerie après trois semaines de blocage. 

L’image du jour, ce sont les axes routiers et le pont de la Boucan rendus à la circulation. En l’espace de trois semaines, la commune du nord Grande-Terre, d’ordinaire si tranquille s’était mue en une véritable forteresse, un bastion imprenable en forme de pied de nez à l’autorité préfectorale et aux discours sur l’ordre républicain, malgré les contingents de militaires et de forces spéciales arrivés de Paris. Alors, ce matin, à la surprise générale, les militaires ont mené une opération coup de poing à grand renforts de moyens pour lever les barrages.

Un moment qu'attendaient de nombreux habitants de la commune.
Certains se sont confiés à Gessy Blanquet : 

©Gessy Blanquet


Trois personnes ont été interpellées "dans le calme et sans affrontement", a-t-on appris auprès de la gendarmerie. 
"L'action des forces de sécurité a permis, dans le même temps, de maintenir la circulation sur l'ensemble du territoire", souligne la préfecture qui mentionne également deux autres personnes interpellées aux Abymes.

A (re) voir le reportage de Jacky Massicot et Christian Danquin :