«Pwoteksyon Rèkin Karib», un projet pour passer de la peur à la protection des requins

mer
Requin nourrice
Requin nourrice en Guadeloupe ©A. KOK
PRK, un projet pour mieux connaitre et protéger les requins et les raies des Antilles. Trois axes forts y seront développés. Le budget alloué est de 100 000 euros. Il est porté par l’office français de la biodiversité et l’union européenne.

L’association KAP NATIREL vient de lancer un projet d’envergure sur la connaissance, la protection et la préservation des requins et des raies des Antilles.
La requins qui souffrent, ici comme ailleurs, de nombreux maux dont tous les aprioris infondés qui fleurissent sur la toile. Reste que la plus grande pression, subie par le requin est celle imposée par l’homme et ses activités.

2 PRK ou « Pou Pwoteksyon Rèkin Karib » ; c’est le nom du projet en question. Il sera lancé au cours du mois d’Aout et qui devrait s’achever en décembre 2022. Et le projet s'appuie sur trois axes forts 

Océane Beaufort chef de projet et coordinatrice du Réseau  Requins des Antilles françaises
 

Océane Beaufort chef de projet et coordinatrice du Réseau  Requins des Antilles françaises

Océane BEAUFORT

L’un point fort du projet consistera à documenter notre connaissance des requins des Antilles et de leurs habitudes à travers des vidéos. Pour cela l’association développera un réseau de caméra sous-marine. Les images serviront également de support pédagogiques.

Ici de nombreux acteurs opérationnels, allant du parc national en passant par le laboratoire BORéA de l’Université des Antilles, seront associés aux travaux. Le projet est doté d’une enveloppe de 100 000 euros portés par l’OFB (Office Français pour la Biodiversité) et l’Union Européenne à travers son programme Best For Life.

Océane Beaufort chef de projet et coordinatrice du Réseau  Requins des Antilles françaises
 

Océane Beaufort chef de projet et coordinatrice du Réseau  Requins des Antilles françaises

PRK