Reconduit, le dispositif Pacte pour l'emploi des jeunes ne fait toujours pas l'unanimité

emploi
Pacte emploi renouvelé
©Préfecture Guadeloupe
Le "Pacte de responsabilité et de solidarité pour l’emploi des jeunes" a été renouvelé, il y a deux semaines. Si cette mesure, n'existant que dans notre archipel et dans les Îles du Nord, convient au patronat, elle reste décriée par l'UGTG. Plus de 1 500 jeunes ont pu en bénéficier. 
Le pacte pour l'emploi est destiné à favoriser l’insertion économique des jeunes ne fait pas l'unanimité. Si pour le patronat, cette mesure fonctionne, pour l'UGTG, c'est tout simplement de la pwofitasyon. 
 

Dispositif unique

En 2015, l’État a lancé, à l’initiative de l’UDE Medef, le dispositif expérimental "Pacte pour l’emploi des jeunes" en relation avec les partenaires de l’emploi : Pôle emploi, la Mission locale, Cap emploi et le soutien de l’organisation patronale UDE Medef, est un dispositif unique en France, qui n’existe qu’en Guadeloupe et dans les îles du Nord.
L’objectif était alors de simplifier les démarches de recrutement et d’alléger les charges pour les entreprises.
En novembre 2016, l'IEDOM indiquait que ce pacte de responsabilité et de solidarité pour l’emploi des jeunes, avait permis à plus de 700 jeunes guadeloupéens de signer un contrat de travail.
Depuis 2016, plus de 1 500 contrats aidés ont été prescrits par Pôle Emploi. Un tiers des entreprises bénéficiaires sont regroupées dans les secteurs la restauration et le commerce de détail.
 

Patronat et syndicat des travailleurs en désaccord 

Pour le patronat, le constat est clair, le dispositif fonctionne. Il a été reconduit, il y a une dizaine de jours, avant le départ du préfet Philippe Gustin. Selon Ryan Beaubois, secrétaire général du Medef, 65% des jeunes ayant bénéficié de la mesure sont restés dans les entreprises dans lesquelles ils ont été embauchés. "Ces jeunes ont permis à 65% des entreprises de créer leur premier emploi", a t-il précisé. 

Ryan Beaubois, secrétaire général Medef

A l'inverse, pour le secrétaire général de l'UGTG, ce dispositif n'est pas assez encadré. 

Elie Domota, secrétaire général de l'UGTG

Les Outre-mer en continu
Accéder au live