Robert Dieupart, une voix inoubliable et incomparable s'est éteinte

disparition
Robert Dieupart en 2009
Une voix de la radio s'est éteinte... Elle a accompagnée de nombreux Guadeloupéens durant de nombreuses années. Robert Dieupart nous a quittés. Il avait 74 ans. 
Après celle de Claude Céprika, porté en terre, samedi, à Marie-Galante, une autre voix célèbre de la radio s'en est allée. Robert Dieupart s'est éteint, à son domicile de Saint-François. Il avait 74 ans. 
Une voix qui s'est définitivement éteinte, ce lundi 22 juin. 8 ans seulement après avoir pris sa retraite, au terme d'une carrière radiophonique et militante, bien remplie. 
 

Un homme unique, une voix unique

Les Guadeloupéens connaissaient tous la voix exceptionnelle de Robert Dieupart. Mais pour tout le monde, et surtout pour les auditeurs, c'était "Wobè". 
D'un père ancien militaire et d'une mère originaire du Tchad, Robert Dieupart est arrivé à la radio, au milieu des années 70. A la fin de l'Office de radiodiffusion-télévision française, l'ORTF. A cette époque encore, les programmes commencent et finissent toujours par la Marseillaise. Le créole, dans ces années-là n'avait pas sa place à l'antenne. Il était inaudible. Aussi, s'exprimer dans la langue du pays était signe de contestation. Wobè a su imposer son style, en créole, ce qui lui a, valu quelques ennuis. Il a même été écarté de l'antenne pendant quelques temps. 
Ses émissions cultes parmi lesquelles ses dernières années à la radio, ont considérablement marqué la population, mais également ses collègues. Comme Laurent Salcède, directeur de l'antenne radio, il y a quelques années :
Ses dernières années à la radio, dans son émission "Potré kraché", il accompagnait les Guadeloupéens de 14 heures à 15 heures. Il recevait des personnalités avec lesquelles il aimait décortiquer un sujet à fond. 
Aujourd'hui, tous s'accordent à le dire, c'est une terrible perte pour le péyi. Son amie, Nathalie Hainaut, témoigne de sa rencontre avec Wobè. Une rencontre déterminante :
 

Un modèle, un défenseur du créole

C'est donc tout naturellement que les Guadeloupéens ont rendu hommage à Robert Dieupart... Anonymes, comme politiques et acteurs de la culture. Tous unanimes...
Ary Chalus a rappelé l'homme de conviction qu'était Wobè, dont "la voix douce et posée cachait la détermination et la fermeté sans faille d’un défenseur de la culture guadeloupéenne". Tout en rappelant son combat. Pour le président de Région, Robert Dieupart "a sans doute contribué à favoriser l’usage de notre langue sur les ondes des radios locales".    
Les Outre-mer en continu
Accéder au live