publicité

Des robots dans les bananeraies de Guadeloupe

Tino Dambas, gérant d’une exploitation de banane, a testé de nouvelles pratiques agricoles pour moderniser une partie de sa chaîne de production. C’est le « Joli mois de l’Europe », il nous a ouvert ses portes.
 

Broyeur Télécommandé dans une bananeraie © Maryline Plaisir
© Maryline Plaisir Broyeur Télécommandé dans une bananeraie
  • S. Vingadassalom
  • Publié le
A 58 ans, Tino Dambas est à la tête d’une exploitation agricole à Changy Capesterre Belle-Eau. Après des mois de recherche, il a décidé de modifier ses techniques de production. Pour rester compétitif et répondre aux normes environnementales, ce gérant d'exploitation essaie d’introduire la robotique sur ses terres.  
 

Des robots dans les champs et au hangar


Pour réduire les traitements et préserver la biodiversité, sur cette exploitation, une alternative au désherbage chimique et à l’entretien des sols est utilisée. L’exploitant privilégie l’enherbement. Une technique qui consiste à faire pousser un tapis végétal pour protéger les sols. Il limite le développement des champignons, l’utilisation de pesticides et donne donc des bananes plus saines. Pour créer son tapis végétal, il dispose d’un semoir mécanique.
Pour entretenir l’herbe qui pousse et ne pas être envahi, des équipes de débroussailleurs mécaniques arpentent régulièrement les inter-rangs des bananeraies.

Tino Dambas possède une grande exploitation. Pour les petites et moyennes surfaces agricoles d’autres dispositifs ont été mis à disposition  par les Producteurs de Guadeloupe à ses adhérents : des broyeurs et gyrobroyeurs télécommandés.
 

Fonds européens 


50 000 euros pour le broyeur télécommandé financés à 65% des fonds européens et 35 % par les producteurs de Guadeloupe.
 


 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play