Saint-Barthélémy : un déconfinement "total" est annoncé pour le 11 mai

coronavirus saint-barthélémy
saint barthélémy
Emmanuel Macron a validé la demande du Président de la Collectivité, Bruno Magras et de la Préfète des îles du Nord, Sylvie Feucher, d'appliquer un déconfinement total dès le 11 mai. Saint-Barthélémy ne compte plus de cas actif de Covid-19 depuis le 21 avril et plus de nouveau cas depuis le 26 mars.
Jeudi 30 avril, les élus et préfets ultramarins se sont entretenus avec le Président de la République, Emmanuel Macron, par visio-conférence afin d'évoquer les hypothèses de déconfinement propres à chaque territoire. Pour Saint-Barthélémy, en l'absence de nouveau cas de Covid-19 depuis le 26 mars et sans plus aucun cas actif depuis le 21 avril, la demande exprimée a été celle d'un déconfinement total dès le 11 mai. Conséquences, les bars, restaurants, commerces, pourront redémarrer leur activité à cette date, à condition que les mesures de distanciation et gestes "barrières" soient appliquées. Certaines activités comme les boites de nuit pourraient ainsi restées à l'arrêt, les mesures de distanciation étant difficiles à mettre en oeuvre. Autre restriction, les entrées sur l'île demeureront limitées au strict essentiel. 

"Les modalités précises du déconfinement accéléré interne seront précisées dans les prochains jours par la préfecture, le rectorat et la collectivité." Bruno Magras, Président de la Collectivité

Prochainement, une campagne de dépistage

Parmi ces modalités, une campagne de dépistage menée prochainement sur l'île. Milles cartouches de test sont arrivées ce vendredi sur l'île, après réception il y a une semaine, d'une première machine automatique pour traiter les tests (quatre automates ont été achetés par la collectivité). Un protocole de tests devrait être défini en fin de semaine prochaine. Actuellement un drive de tests PCR a été mis en place à La Pointe sur rendez-vous et sur prescription médicale. Les résultats sont pour l'instant analysés par l'Institut Pasteur de Guadeloupe. Les publics testés seront progressivement élargis notamment à toutes les personnes entrant sur l'île. 

On écoute les précisions de Bruno Magras, Président de la Collectivité, interrogé par Ludivine Guiolet-Oulac :

Bruno Magras


 

Pour la petite histoire : un médecin réserviste prié de rentrer chez lui
L’expérience aura été de courte durée. Arrivé début avril pour appuyer les professionnels de santé en lutte contre le coronavirus, un médecin de la réserve sanitaire a du se résoudre à quitter Saint-Barthélémy à peine une dizaine de jours plus tard. Selon le Journal de St-Barth, qui relate cette affaire, son départ précipité est la conséquence d’une interview accordée par le docteur originaire de Savoie, au Dauphiné Libéré, un quotidien de la région. Sous le titre « A Saint-Barth, le déconfinement commence grâce à la chloroquine », le praticien révèle que le nombre de cas de Covid-19 a pu être limité grâce au médicament. Or, il n’est prescrit en France que pour des cas très graves, et uniquement  à l'hôpital. Les médecins libéraux de Saint-Barthélémy ont adressé un démenti formel au Dauphiné Libéré. L’anonymat de son témoignage n’a pas sauvé le réserviste. D'autant que des écarts de conduite lui auraient été également reprochés sur place...