Saint-Martin : la frontière à nouveau ouverte côté français

coronavirus saint-martin
Saint-Martin  frontière
©Hervé Pédurand
Les contrôles aux frontières de la partie française de Saint-Martin ont été levés ce mardi matin. Une décision qui intervient deux semaines après l'ouverture côté hollandais.
C'était une décision très attendue par les Saint-Martinois. La levée des controles aux frontières de la partie française de l'île de Saint-Martin est intervenue ce mardi matin. Cela fait partie des décisions de la 2ème phase du déconfinement. Les autorités françaises ont donc fait jouer le principe de précaution plus longtemps que leurs homologues néerlandais qui avaient fait fait le choix d'ouvrir leurs frontières, il y a deux semaines déjà.

Cette décision est très importante compte-tenu des nombreux échanges entre les deux parties de l'île. 
 

Frustation de nombreux Saint-Martinois

De mémoire de Saint-Martinois, la circulation à la frontière de Bellevue, n'est guère interrompue qu'une fois par an, à l'occasion du Sint Maarten day, au mois de novembre. Les contrôles aux frontières et les restrictions de circulation, pour freiner le coronavirus, ont donc été vécu, par beaucoup, comme une entrave au "vivre ensemble" caractéristique de Saint-Martin.
Car au fil de l'Histoire, les familles s'éparpillent pour habiter ou travailler en partie française ou hollandaise. La frustration de ne plus pouvoir se retrouver, grandit du côté français le 17 mai, lorsque les contrôles frontaliers sont maintenus pour ceux qui viennent de Philipsburg, alors que la capitale vient de libérer ses accès, depuis la partie française.
Pour Aline Choisy, ancienne élue de Saint-Martin, fermer la frontière n’a pas été une bonne chose pour la population saint-martinoise. 

Aline Choisy, ancienne élue de Saint-Martin

 

La santé de la population doit guider le déconfinement, selon la Préfète de Saint-Martin

Mais pour la Préfète, Sylvie Danielo-Feucher, seule la santé de la population face au coronavirus doit guider le déconfinement. 
Philipsburg ayant avancé de deux semaines, la date qui devait être commune avec Marigot, de l'ouverture de ses frontières. Les contrôles ont donc continué, juqu'à lundi minuit. Entre temps, l'Etat avait soumis à son homologue, un protocole sanitaire afin de suivre ensemble l'épidémie de Covid-19. On ne connaît pas, la réponse, sur ce point, du voisin hollandais.