L'opposition municipale de Terre de Haut s'organise pour obtenir une nouvelle élection

fonction publique terre de haut
Mairie de Terre de Haut
Mairie de Terre de Haut ©Terre de Haut
Depuis l'élection municipale de 2020, les adversaires d'Hilaire Brudey n'ont pas ménagé leurs efforts pour démontrer son inefficacité à la tête de la commune de Terre de Haut. Mais comme rien n'y fait et parce qu'ils n'ont pas l'intention d'attendre l'échéance de 2026, ils s'organisent désormais pour obliger le Préfet à reconnaitre l'obligation d'organiser une nouvelle élection municipale

C'est la lettre de l'ancien maire Louly Bonbon qui a ouvert le bal de ces démissions en cascades. La stratégie est simple : L'opposition ayant quatre sièges au conseil municipal, chaque semaine les quatre élus en poste démissionneront et seront remplacés par les quatre suivants qui a leur tour démissionneront jusqu'à épuisement de la liste des 19 candidats de l'opposition.
Dès lors, le tiers du conseil municipal n'étant pas pourvu, le Préfet aura l'obligation d'invalider le conseil municipal de Terre de Haut et d'organiser une nouvelle élections partielle pur la commune. 

Lettre de démission de Louly Bonbon
Lettre de démission de Louly Bonbon ©Guadeloupe la 1ère

Dans sa lettre de démission adressée la semaine dernière au maire, Louly Bonbon argumente ainsi : 

Depuis votre élection force est de constater que les pratiques claniques que vous avez dénoncées, perdurent et se renforcent tandis que les grands dossiers, vitaux pour pour notre commune sont pour la plupart au point mort. Ne pouvant donc plus longtemps tolérer ces pratiques et cette gestion qui sont à l'opposé de nos valeurs, je vous notifie par la présente conformément à l'art. L2121-4 du CGCT, ma démission de mon poste de conseiller municipal.

Louly Bonbon, conseiller municipal démissionnaire

Deux autres lettres ont immédiatement suivi celle de Louly Bonbon, celle de Débora Caille et celle de Litho Cassin.

Peut-être l'ultime salve de l'actuel combat dans une lutte fratricide et permanente que se livrent deux camps de la commune de Terre de Haut depuis plusieurs années