guadeloupe
info locale

Les salariés de France-Antilles unis pour contrer la menace qui pèse sur le journal

médias
France-Antilles
Le journal pourrait bien disparaître que ce soit en Martinique, en Guadeloupe et en Guyane. Les 250 salariés attendent maintenant la décision du Tribunal de Commerce de Fort-de-France qui tombera finalement le 27 novembre (et non en fin octobre).
 
France Antilles est en redressement judiciaire depuis le 25 juin pour 6 mois. Cela signifie que le quotidien est en période d’observation jusqu’au 25 décembre.
Mais ce n’est pas la date butoir.  Les 250 salariés attendent surtout la décision du tribunal de commerce de Fort-de-France qui tombera finalement le 27 novembre. En Guadeloupe, ce sont 90 personnes qui risquent de se retrouver sur le carreau à la fin de l’année. 
La rédaction de France-Antilles Guadeloupe a publié dans l’édition de samedi et dimanche un communiqué dans lequel elle s’adresse aux Guadeloupéens. Et difficile pour la rédaction guadeloupéenne de France-Antilles de se tenir informée quand la direction est basée en Martinique.

Emmanuelle Lerondeau, déléguée du personnel, représentant la rédaction

intervention des salariés de France Antilles à la Région
©D. Quérin
Ce lundi 7 octobre, au cours de leur 6ème plénière, les conseillers régionaux ont aussi adopté une motion en faveur du quotidien France-Antilles. L'assemblée a demandé au président de s'associer à toutes les actions qui pourraient sauver et pérenniser le journal et ses emplois. Ary Chalus a précisé qu'il s'est entretenu avec le ministre de la culture et le premier Ministre sur la situation du quotidien
Publicité