Six chapitres de l'histoire criminelle de la Guadeloupe devant la Cour d'assises de la Guadeloupe

justice
tribunal de Basse-Terre - Palais de justice de Basse-Terre
©Eric Stimpfling
La salle de la cour d’assises de Basse-Terre ce lundi matin, va être pleine de monde : ce sont les citoyens appelés pour être jurés durant cette session de la cour d’assises du mois de novembre. Trois procès pour la cour d’assises et trois autres procès pour la cour criminelle

C'est le portrait d'une triste Guadeloupe que l'on va voir dans la grande salle du Palais de Justice de Basse-Terre. On feuillète alors les procès de ce livre de la vie criminelle comme autant de chapitres sanglants. 

D'abord trois procès pour la cour d'assises et son jury populaire. Ce lundi, c'est un meurtre qui est jugé. Quand le fait divers devient un fait de société, il décrit une histoire sanglante et on peu lire le portrait d'une petite société de canailles et de violence, de trafics. Les acteurs, victimes comme accusés sont originaires de la Dominique, installés depuis longtemps en Guadeloupe. Un trafiquant estime que l'un de ses revendeurs est lésé par la présence d'un autre trafiquant d'herbe concurrent. Il arrive dans le centre-ville de Pointe-à-Pître et le tue de 7 balles, puis repart. Une plongée dans le milieu des ces dealers dominicais.

Puis un autre gros procès, très attendu, celui de Florence Gérémy, personnalité principale, et de son complice et homme de main Laurent Bocaye, accusés du meurtre à coups de pelle de Alain Céliny, c'était en novembre 2018. Une enquête complexe pour la police judiciaire, dans un fouillis d'escroqueries, d'entourloupes financières et de sommes astronomiques dues au propriétaire de la maison de Florence Gérémy. 
Une enquête complète de mensonges en mensonges et de dissimulations en actes de sorcellerie. Mais un travail policier qui aboutit à ce procès qui commencera donc le 22 novembre.

Trois affaires devant la cour criminelle

C'est bien la cour d'assises qui ouvre la session avec un procès pour meurtre mais c'est la cour criminelle qui poursuit avec des procès pour viol, inceste, ou des violences mortelles. 
Pour rappel, en droit français, une cour criminelle est un tribunal d'exception constitué de cinq juges professionnels, sans aucun jury populaire, mis en place pour juger des crimes punis de 15 à 20 ans de réclusion.

Trois procès aus assises, trois procès pour la cour criminelle, ce mois de novembre est chargé pour la justice et pourtant, le grand livre de l'histoire criminelle de la Guadeloupe est bien loin de se refermer.

Cour criminelle : Expérimentés depuis 2019 dans plusieurs départements, ces tribunaux jugent des crimes sans jurés populaires pour tenter de réduire le délai de traitement des affaires. Le gouvernement a souhaité les généraliser lors de l'adoption du Projet de loi nº 4091 pour la confiance dans l'institution judiciaire