publicité

Des solutions pour lutter contre l'obésité infantile

Lutter contre l'obésité infantile,un problème de santé que certains veulent prendre à bras le corps. Grâce à une association, neuf jeunes Guadeloupéens en situation de surpoids, ont pu être pris en charge dans un centre de l'Hexagone. Et le bilan est positif

 

© S. Vingadassalom
© S. Vingadassalom
  • S. Vingadassalom, L. Gaydu et N. Peter (Stagiaire)
  • Publié le
L'obésité infantile, un problème de santé publique qui nécessite un engagement constant et surtout, la recherche de solutions pour améliorer la situation des enfants qui en sont victimes. Depuis plusieurs années, une association guadeloupéenne se bat contre ce fléau. Elle a ainsi permis à 9 enfants d'être pris en charge dans un centre de traitement du surpoids et de l'obésité en Lozère durant un mois. 
De retour en Guadeloupe, beaucoup de choses ont changé dans leur vie. Leurs habitudes aussi d'ailleurs.
PRISE EN CHARGE DE L OBESITE
VOIR AUSSI :
MARIE ELISE SEXTIUS PDTE AGOSSE


 

En Guadeloupe, deux enfants sur 10 dont l’âge est compris entre 3 et 15 ans sont atteints de la maladie.
Selon l’observatoire de la santé de la Guadeloupe, deux enfants sur 10 sont atteints d’obésité, contre 1 sur 10 en 2011. Ce surpoids a des conséquences directes sur la santé de l’enfant notamment des anomalies respiratoires, une puberté précoce, l’hypertension ou encore le diabète.
Il est possible de prévenir la maladie en modifiant les habitudes alimentaires de l’enfant, en préconisant une activité sportive régulière.
En Guadeloupe, le pôle obésité du réseau Grandir, rattaché à la Société Guadeloupéenne de pédiatrie, prend en charge les enfants en situation de surpoids à la demande des parents. Un accompagnement médical, nutritionnel, diététique et psychologique est proposé aux enfants, pour une durée de deux ans.
 

Sur le même thème

  • santé

    Au Village du Tour, un pôle santé actif.

    A chaque étape du Tour cycliste de la Guadeloupe, c’est plus de 20 représentants de la santé qui s’organisent au Village du Tour. L’Agence Régionale de santé (l’ARS) et la GIP-RASPEG mobilisent plusieurs associations de malades pour être présentes sur le Tour

  • santé

    Chikungunya : Faire face aux séquelles permanentes

    Le chikungunya est une maladie qui dure. Après 3ans,  l’épidémie continue de sévir parmi les personnes atteintes. Le Centre de  santé du CREPS à Pointe-à-pitre a mis en place depuis 2015 une prise en charge des patients qui souffrent toujours.

  • santé

    Opérations reportées par manque d'anesthésistes

    Un nouveau coup dur pour le CHU de Pointe-à-Pître/Abymes. Cette fois ce sont les actes chirurgicaux qui pourraient être suspendus, faute de médecins anesthésistes. Une situation inacceptable pour les Syndicats qui dénoncent le manque d’anticipation de la direction

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play