Tempête Fiona : le président du Conseil départemental demande la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle

cyclones
Dégâts provoqués par la tempête tropicale Fiona, dans la résidence Marquisat, à Capesterre-Belle-Eau - 17/09/2022.
Dégâts provoqués par la tempête tropicale Fiona, à la résidence Marquisat, à Capesterre-Belle-Eau - 17/09/2022. ©Florence Péroumal
Les dégâts causés par la tempête tropicale Fiona sont considérables, notamment sur certaines communes de l'archipel. Guy Losbar, président du Département sollicite auprès du gouvernement la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle. Une demande également faite par le groupe Peyi Gwadloup.

Au lendemain du passage de la tempête tropicale forte Fiona, dans un communiqué, Guy Losbar indique avoir déjà contacté les services du ministère des Outre-mer afin de demander la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle. 

Il s’agit indiscutablement d’une catastrophe naturelle qui nécessitera la mise en œuvre d’un véritable plan de reconstruction.

Guy Losbar, président du Conseil départemental

Une demande confirmée lors de sa visite sur le terrain, ce samedi 17 septembre, à Goyave, au micro de Christelle Théophile et Ludovic Gaydu : 

©Guadeloupe

En complément, il réclame également des mesures afin d'accompagner efficacement les collectivités locales, mais surtout les sinistrés guadeloupéens. La région subit toujours les effets de la tempête, des pluies diluviennes continue de s'abattre sur la Guadeloupe. 

... la mise en place du fonds de secours et un accompagnement solide des autorités aux côtés des collectivités locales qui sont à pied d’œuvre.

Guy Losbar

Le président du Département a également annoncé son intention de débloquer un fonds de secours d'urgence afin de venir en aide aux familles en difficulté, après le passage de Fiona. 

De son côté, Peyi Gwadloup, est en accord... Egalement dans un communiqué, le groupe socialiste formalise la même demande, afin que la population, les entreprises et les collectivités puissent être accompagnés par l'Etat et les assurances dans leurs démarches.

Au regard des lourds dégâts déjà constatés avec des montées de cours d’eau, des maisons évacuées, des quartiers entiers inondés, des glissements de terrain, des routes coupées, le bassin de la marina de Rivière sens à Gourbeyre fortement impacté par un torrent de boue et de pierres, le groupe « Péyi Gwadloup » demande que l’état de catastrophe naturelle soit rapidement reconnu.

Groupe Peyi Gwadloup