Les tirages, une pratique dangereuse qui perdure

sécurité
Course sauvage tirage
©DR
En fin de semaine, il n'est pas rare que des passionnés de voitures se rassemblent pour organiser des courses sauvages. Les vidéos de ces tirages fleurissent sur la toile. Des pratiques dangereuses et punies par la loi. 
Sur les réseaux sociaux, ces derniers temps, il n’est pas rare de voir des vidéos de courses sauvages de voitures. Des vidéos de véhicules roulant à contresens aussi sur le réseau routier se multiplient.
 

Les tirages surveillés

Les lieux sont connus... Certaines portions de route de nos département sont les lieux de rendez-vous des amateurs de "tirages". A Baie-Mahault, la zone entre le rond-point de Fond Sarail et celui du RSMA, ou à Moudong, sur les portions 2x2 voies... Ces axes sont privilégiés par des amoureux de la vitesse, pour se mesurer lors de départs arrêtés. 
Si les services de la police nationale indiquent ne pas avoir enregistré plus de faits que de coutumes ces dernières semaines, des opérations des forces de l'ordre interviennent régulièrement.
La sécurité publique a mis un dispositif de surveillance et d’intervention pour interpeller les individus qui s’adonneraient aux runs sauvages.
Un groupe d’intervention épaulé par les équipes de la BAC, la brigade anti-criminalité.
 

Le conducteur doit être responsable

Des comportements qui peuvent avoir des conclusions parfois dramatiques. Car ces tirages sont dangereux, pour les automobilistes, pouvant aller au delà de 200km/h, sur une surface souvent limitée à 70, mais également pour les spectateurs. 
Thierry Vadimon est sapeur-pompier, et président de l’association Niels. Il interpelle et veut sensibiliser.

Thierry Vadimon, sapeur-pompier, président de l’association Niels

 

Un délit pénal passible d'un an de prison

Pour le sapeur-pompier, la formation et la répression ne sont pas suffisantes. Le bon vouloir des automobilistes est tout aussi essentiel. "Si le conducteur lui-même, lorsqu'il s'assoit derrière son volant, n'a pas pris la responsabilité de se dire : "Je suis responsable de tout ce qui peut arriver", on n'y arrivera pas".
Plus récemment, pour lutter contre ces courses sauvages, "le délit pénal de mise en danger d'autrui par violation manifestement délibérée d'obligation réglementaire de sécurité ou de prudence lors de la conduite" a été créé. Ce délit est puni d'un an emprisonnement et de 15 000 euros d'amende. Des peines supplémentaires peuvent être prononcées. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live