Vente de sacs cabas en faveur des sauveteurs en mer de Guadeloupe

solidarité
Vente de sacs cabas, en faveur de la SNSM
©Nadine Fadel

Les acteurs de la Société nationale de sauvetage en mer sont tous des bénévoles qui oeuvrent grâce aux dons du grand public et de partenaires privés. D'où l'importance d'actions comme celle lancée hier : la vente de sacs cabas et autres accessoires à l'effigie de la SNSM, pour renflouer les caisses

La Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) est une association dont la principale mission est de secourir bénévolement des vies humaines en danger, en mer et sur les côtes de l'archipel. La surveillance des plages est aussi dans ses attributions. Environ 50 personnes constituent cette association, dont le financement repose essentiellement sur les dons faits par le public et des partenaires privés.
D'où l'importance d'opérations comme celle lancée, hier, au sein du centre commercial de Destrellan, à Baie-Mahault.

Vente de cabas au profit de la SNSM Guadeloupe

11.630 euros avaient été récoltés, en 2019, lors de la vente de 60.000 sacs cabas. 
En revanche, 2020 s'est révélée être une année pauvre, cette initiative n'ayant pas pu être renouvelée, en raison de la crise sanitaire.
Cette fois, 77.200 sacs ont été imprimés, à l'effigie de l'association. Après l'installation d'un stand, dans le centre commercial de Baie-Mahault, ce samedi 20 février, pour le lancement de l'édition 2021 de cette opération, les sacs restent disponibles dans les trois enseignes du groupe GBH de Guadeloupe, donc également à Grand-Camp et Saint-François. Les clients pourront se montrer solidaires des sauveteurs en faisant aussi l'acquisition de goodies divers : stylos, calendriers, porte-clés, tasses, etc.

11.000 euros, c'est la moitié du budget d'une station comme celle de Pointe-à-Pitre. La recherche de fonds est donc vraiment importante, pour nous tous qui sommes des bénévoles.

Alexandre Buc, trésorier de la SNSM en Guadeloupe

Or, notons que la Guadeloupe compte trois stations SNSM, à Pointe-à-Pitre, Basse-Terre et aux Saintes.

Alexandre Buc est canotier, au sein de la station SNSM de Pointe-à-Pitre et également trésorier de l'association, en Guadeloupe. Il explique que l'argent récolté permettra aux acteurs de l'association, à but non lucratif, de mettre de l'essence dans les vedettes maritimes, de pourvoir à leur entretien et, chaque fois que nécessaire, à leur remplacement.

©Nadine Fadel - Guadeloupe la 1ère

La SNSM organise aussi annuellement un tournoi de golf, à Saint-François, dans le but de récolter des fonds, mais chacun peut aussi faire un don, spontanément.

C'est, tous les jours, des dons, parce qu'aujourd'hui, la SNSM fonctionne avec 80% de dons, surtout de particuliers, mais aussi d'entreprises, sur les stands, dans les tirelires que nous positionnons ça et là. Certains particuliers font aussi, chaque mois, un don, par prélèvement ou par virement.

Alexandre Buc, trésorier de la SNSM en Guadeloupe

 

L'action de la SNSM mise en avant

"En achetant de sac je soutiens la SNSM - www.snsm.org"
C'est ce que l'on peut lire sur le sac cabas à l'effigie de la Société nationale de sauvetage en mer, côté pile.

Côté face, c'est le numéro d'appel gratuit, depuis un fixe ou un portable, qui est rappelé, pour déclencher des secours, en cas de situation de détresse, en mer, où sur les côtes : le 196. Ce numéro est celui du Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage Antilles-Guyane (CROSSAG), dont la SNSM est partenaire.

Appeler le 196, c’est l’assurance d’être en contact avec des professionnels du sauvetage en mer, capables de répondre efficacement à une demande de secours.

SNSM Guadeloupe

En 2019, les Sauveteurs en mer ont pris en charge près de 37.000 personnes, à l'échelle nationale : 10 900 ont été secourues, 24.800 ont pu être soignées et 1.200 enfants égarés ont été retrouvés.