publicité

Visite de Muriel Pénicaud : Première étape, rencontre avec des demandeurs d'emploi

La ministre du travail est en visite officielle en Guadeloupe... Arrivée dans l'après-midi, Muriel Penicaud, va entamer un périple au pas de charge. Une visite dans un contexte particulier avec un chômage galopant, d'où cette table ronde avec des demandeurs d'emploi, dès sa descente d'avion. 

© Rémi Defrance
© Rémi Defrance
  • Guadeloupe 1ère
  • Publié le , mis à jour le
Murielle Pénicaud est arrivé en fin d’après midi sur le territoire, pour une visite d’un peu moins de 48 heures. La ministre du Travail a été accueillie par différentes personnalités, Préfet, parlementaires et élus de proximité. 

66 030 demandeurs d'emploi en Guadeloupe 

Première étape de cette visite ministérielle, une rencontre avec des demandeurs d'emploi. On le sait, le chômage est une problématique endémique des territoires d’outremer... un chômage de masse 3 fois plus élevé que dans l’Hexagone, notamment chez les jeunes. 
En Guadeloupe, on compte 66 030 demandeurs d'emploi. Parmi eux, 31 820 femmes
Murielle Pénicaud avait à coeur de défendre le pacte pour l’emploi...  Durant cette discussion, il a été question de l'emploi et des différentes mesures qui sont en place et qui participent à la solidarité avec les publics en difficulté. 

Les contrats aidés maintenus sous conditions

Au cours de cette table ronde, la ministre a annoncé que les contrats aidés seraient maintenus, en 2018. Uniquement pour les secteurs non marchands, soit les associations et le service public. 
Le budget alloué l'an prochain, pour ce dispositif, sera le même que celui de 2017. Mais, Muriel Pénicaud a fait savoir que les contrats aidés n'étaient pas, pour elle, la solution au chômage. 
Muriel Pénicaud, ministre du Travail
Les réactions syndicales sont nombreuses. La section UGTG de Pôle Emploi demande au gouvernement de 

- D’attribuer des moyens aux structures chargées de l’insertion, notamment le PÔLE EMPLOI GUADELOUPE
- De mettre en place un plan de régularisation des salariés non déclarés, ou laissés pour compte à Saint Martin suite aux passages des cyclones.
- De mettre en place un plan d'action régional de promotion et de recrutement des jeunes diplômés par les collectivités et les entreprises.
- De mettre en place des actions de formation en adéquation avec les projets sur le territoire, afin de prioriser l’embauche des Guadeloupéens (exemple : CHU)
 - De respecter tous les protocoles signés (Pôle emploi, LKP….) 


Pour sa part, la FSU Guadeloupe

appelle la ministre du travail à prendre conscience des réalités locales. Les contrats aidés répondent à un besoin réel dans la région et ceux qui ne seront pas remplacés créeront des défaillances dans les services publics de l’archipel. Les contrats aidés permettent de maintenir un emploi et la survie de centaines de personnes.




Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play