Jean-Philippe Biava : "on est est arrivé au bout du système énergétique"

énergie
EDF
©Laurent Marot
La Guyane risque une grave pénurie d’électricité d’ici cinq à dix ans si des choix stratégiques ne sont pas faits dès cette année. C’est le signal d’alarme tiré par le directeur régional d’EDF, Philippe Biava, hier face à la presse.
Alors que la société nationale fête cette année ses 40 ans de présence en Guyane, « on est arrivé au bout du système énergétique », prévient Jean-Philippe Biava. Le barrage de Petit-Saut et la centrale thermique de Dégrad Des cannes ne suffisent plus à couvrir la croissance des besoins. En plus, d’ici huit ans, il faudra fermer la centrale de Dégrad Des Cannes suite au durcissement des normes en matière de rejets.
Le directeur d’EDF qui lance cet avertissement à tous les décideurs locaux et nationaux, plaide pour un plan biomasse afin de développer des centrales à bois. Il pourrait  être,pourquoi pas, envisagé  la construction d’une nouvelle centrale thermique. 

Une consommation qui croît de 3% par an

En attendant, chaque année, la consommation guyanaise d’électricité croit de 3 % en moyenne et la production du barrage de Petit-Saut et de la centrale thermique de Dégrad des Cannes ne suffit plus d’où la nécessité de faire appel à des turbines à combustion et des groupes électrogènes, des moyens de secours polluants et coûteux. A cela s'ajoute une urgence qui est celle de développer les moyens de production pour Saint-Laurent du Maroni.

Biava - Saint-Laurent du Maroni


La Guyane doit dès cette année opter pour un choix. Les services de l’Etat et la région devront élaborer une PPE, une Programmation Pluriannuelle de l’Energie sur 5 ans, qui remontera ensuite vers Paris.
Après quatre ans passés à la tête d’EDF Guyane, Jean-Philippe Biava doit passer la main ces prochaines semaines.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live