publicité

Abolition de l’esclavage (3/5) : la loi Taubira, 16 ans après

Adoptée le 10 mai 2001 et arrachée de haute lutte par Christiane Taubira, députée de Guyane, une loi reconnaît la traite de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité. Avec cet acte symbolique, elle a rendu fierté et honneur aux millions d’Africains déportés.

Christiane Taubira © JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP Christiane Taubira
  • Marie-Claude Thébia
  • Publié le
C’est le 21 mai, sous la Présidence de Jacques Chirac, que la loi Taubira est promulguée. Un texte hautement symbolique : 


"Article 1 : La République française reconnait que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l’océan indien d’une part et l’esclavage d’autre part,  perpétrés à partir du 15è siècle aux Amériques et aux Caraïbes, dans l’océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l’humanité".


Mes ancêtres les esclaves

La loi Taubira a recommandé la création du Comité national pour la Mémoire et l’histoire de l’Esclavage.


Parmi les mesures : une série de directives visant à encourager le devoir de mémoire. L’article 2 prévoit que l’histoire de la traite négrière et de l’esclavage soit enseignée dans les cycles primaires et secondaires et que la recherche universitaire soit encouragée et valorisée.

Il est également prévu que les programmes scolaires et les programmes de recherche en histoire et en sciences humaines accordent impérativement, à la traite négrière et à l’esclavage, la place conséquente qu’ils méritent.


7 ans de réflexions

Il faudra attendre 2008, pour que l’enseignement de la traite soit explicitement inscrit au programme des collèges. L’esclavage devient alors un thème obligatoire notamment pour les classes de quatrième dans le chapitre sur L’Europe et le monde au XVIIIe siècle.

Les enseignants de primaire ont eux aussi à partir de 2008 l’obligation de traiter les premiers empires coloniaux et l’esclavage. En 2015, une révision des programmes a lieu. Elle a permis d’étoffer les enseignements et d’adapter les manuels à ce nouvel enseignement. 

Sur le même thème

  • esclavage

    Le programme des journées Mémoire Marronnage et Abolitions

    Dans le cadre de la commémoration de l'abolition de l'esclavage, la Collectivité Territoriale de Guyane a mis en place un programme riche. Depuis lundi (4 juin), vous pouvez assister à plusieurs manifestations ce projet qui se veut rassembler les Guyanais autour de ce moment historique fort.

  • esclavage

    Abolition de l'esclavage (5/5) : de la difficile reconstruction mentale

    La loi Taubira a amené la reconnaissance. Le voile s’est déchiré. Aujourd’hui des chercheurs, des scientifiques, des historiens évoquent les conséquences de l’esclavage sur la mémoire et l’inconscient collectifs. Un nouveau pas a été franchi dans la résilience.

  • esclavage

    Abolition (4bis/5) : la vie après

    Après l'abolition de l'esclavage, la vie s'est organisée. Les affranchis sont devenus citoyens français, les autres, amérindiens et marrons, étaient considérés comme des indigènes. Les règles et les lois, durent elles aussi, s'adapter à ce nouveau régime. L'interview de Serge Mam Lam Fouk historien.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play