Coronavirus : quatre premiers cas de variants détectés en Guyane, l'un des malades est décédé

coronavirus
Les tests salivaires effectués à l'hôpital de Cayenne
Les tests salivaires effectués à l'hôpital de Cayenne ©Guyane la 1ère

Quatre premiers cas de variants détectés en Guyane annonce l'ARS, l'agence régionale de la santé. Conséquence : la cible vaccinale est élargie à toute la population de plus de 50 ans et à tous les professionnels de santé. 

Quatre prélévements positifs au Covid ont réagi à l'un des variants recherchés ce samedi 13 février, révèle l'ARS par voie de communiqué. L'une des personnes est décédée la semaine dernière. C'est le laboratoire Eurofins qui a signalé la présence des variants. Les cas concernés sont âgés de 57 à 62 ans, sans relation directe entre eux. Ils résident à Montjoly, Matoury et Cayenne. Trois des prélèvements datent du 4 février et le dernier du 9. Pour l'heure, l'origine du variant reste inconnue : anglais, sud-africain ou brésilien. Une enquête a immédiatement été lancée par les autorités sanitaires et l'Assurance maladie. Il s'agit de mettre les malades en isolement strict et d'établir une recherche poussée des cas contacts.

Dispositif renforcé

Selon l'ARS, désormais, tout test Covid positif fait l'objet d'une procédure de criblage afin de déterminer la présence ou non de variant. En outre, le séquençage permet de connaître l'origine. C'est ce dernier examen, qui permettra de déterminer le degré de contagiosité des quatre cas détectés. Les autorités sanitaires et préfectorales mettent en place un dispositif très strict pour faire face à l'apparition de cette mutation du coronavirus : l'isolement est allongé de dix jours. Le contact tracing est également renforcé. 
Les autorités appellent les personnes prioritaires à la vaccination à se faire vacciner au plus vite : "La cible des personnes prioritaires est désormais élargie à tous les professionnels de santé sans critère d'âge ainsi qu'à toute population de plus de 50 ans." 

 

Qu'est ce qu'un variant ?

Les nouveaux variants (anglais, sud-africain et brésilien) ne ciblent pas une catégorie d’âge en particulier. Ils infectent de la même façon tous les humains. Il s'agit de mutations du Coronavirus. Cependant, étant donné qu’ils sont plus contagieux, la proportion de personnes infectées est plus importante. Enfants et adultes, sont concernés. Ce qui est relativement rassurant, c’est que ces variants ne sont pas responsables de formes plus graves de la maladie.

Une chose est certaine : plus le SARS-CoV-2 circulera au sein de la population mondiale et plus il y aura de variations qui apparaîtront. En effet, la probabilité que des mutations surviennent augmente avec le nombre de virus qui se répliquent, ce qui augmente aussi le risque que certaines de voir émerger des modifications qui compliquent la gestion de l’épidémie. Il est par exemple plus difficile de garder le contrôle de l’épidémie lorsqu’un virus devient plus contagieux.

source : TC 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live