Déconfinement : les concessionnaires automobiles manifestent leurs inquiétudes

coronavirus
Les concessionnaires automobiles  dans la tourmente
Le marché de l'automobile dans la tourmente ©Christophe Fidole
Depuis le début de la crise il est régulièrement question des professionnels qui sont bien souvent à la peine, voire au bord du gouffre. Que ce soit au niveau national ou au niveau local, le secteur automobile est dans le rouge. En France, près de 400 000 véhicules neufs, non vendus, s’entassent. 
 
Près de 400 000 véhicules invendus sur les parkings des constructeurs dans l’Hexagone.
L’automobile en France mais aussi dans le monde est l’un des secteurs qui a été le plus impacté par la crise sanitaire. Des usines ont même fermé. Mais des industriels aux consommateurs ce sont vraiment tous les acteurs de la branche qui ont été lourdement touchés.


Un chiffre d'affaires en berne en Guyane

Notre territoire n’a pas été épargné. En Guyane, environ 6500 nouvelles immatriculations sont faites chaque année. Mais cette année, ce sera sans doute bien moins. Les concessionnaires ont vu leur chiffre d’affaire baisser. Une centaine de véhicules seulement ont été immatriculés en Avril alors qu’en temps normal ce sont un peu plus de 500.
Audrey Amel est directrice commerciale pour un concessionnaire qui revend 3 marques différentes de voiture. Et elle a fait un constat depuis le début du déconfinement : si les gens commencent à revenir peu à peu, les ventes ne vont pas décoller de sitôt. Les organismes de crédit ne prêtent plus aussi facilement :

Audrey Amel, directrice d'une concession


Une prime qui s'ajustera sur les revenus

Le gouvernement va lancer un plan d'aide à filière automobile. Le président Emmanuel Macron va l’annoncer demain (mardi 26 mai).
Dans les grandes, il s’agira de muscler la prime à la conversion. Pour un ménage modeste qui changera sa vieille voiture pour une neuve ou un modèle récent d’occasion, la prime devrait passer de 1 500 à 2 000 euros, de 3 000 à 4 000 euros pour un foyer très modeste. L’autre objectif de ce plan : favoriser les achats de véhicules électriques. Le bonus passerait de 6 000 à 7 ou 8 000 euros.