publicité

L'éthylotest anti démarrage une mesure pas encore applicable en Guyane

La mesure est applicable depuis le 1er janvier en France mais pas en Guyane. En cas de consommation abusive d’alcool avant de prendre le volant, l’automobiliste interpellé peut opter pour l’option de l’installation d’un éthylotest anti-démarrage sur son véhicule et éviter ainsi le retrait de permis.

Un centre auto de Cayenne © Jessy Xavier
© Jessy Xavier Un centre auto de Cayenne
  • Par Catherine Lama
  • Publié le
L'éthylotest anti-démarrage "est un instrument de mesure du taux d’alcool dans l’air expiré associé au système de démarrage d’un véhicule. Il empêche la mise en route du moteur si le taux d’alcool enregistré est supérieur à celui autorisé par la législation." La mesure a d’abord été expérimentée en Vendée avant d'être étendue ce 1er février à l'ensemble du territoire national hexagonal. L’installation de cet équipement peut coûter de 1500 à 2000 €  au frais du conducteur, d'où le scepticisme de certains. Quoi qu’il en soit la mesure alternative qui empêche le retrait de permis en cas de contrôle positif n’est pas à ce jour applicable en Guyane.


Une mesure dont l'application semble encore lointaine 

Pour certains  cette alternative, de toutes les façons, ne réglera pas tout. Laura Hidair gérante d’une auto-école en est persuadée. Quelque soit ce qu'il y aura sur la voiture pour prévenir les comportements dangereux, il faut qu'il y ait aussi un changement de mentalité des conducteurs.
En attendant le changement de mentalité, pour certains professionnels comme les commerciaux, l’idée de garder son permis n’est pas négligeable. Le problème c'est qu'à ce jour, aucun garage n’a fait la démarche nécessaire pour obtenir les agréments nécessaires pour être autorisé à installer de tels dispositifs. Mais l’intérêt existe comme le confirme Edouard de Langlade, directeur d’un centre-auto de Cayenne.
"...l'analyse des gazs aurait du être mise en place au premier janvier mais a été reportée. L'éthylotest  oui, il faudra former les techniciens et investir dans du matériel".

Pour rappel, l’alcool et la vitesse, restent dans le dernier bilan sécurité routière en outremer, les principaux facteurs d’accident.




 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play