Le plan stratégique de développement de l'EPFA présenté au conseil d'administration : les grands chantiers urbains horizon 2026

aménagement du territoire
Survol Guyane
©MCT

A quoi va ressembler la Guyane dans les prochaines années ? Quels sont les chantiers d'ici 2026 ? L’EPFA, l’Établissement Public Foncier et d’Aménagement de Guyane, a présenté son projet de plan stratégique de développement au conseil d’administration.

A quoi va ressembler la Guyane dans les prochaines années ? Quels sont les chantiers qui vont sortir de terre entre cette année et 2026 ? Entre le TCSP, les nouveaux logements ou encore des travaux de rénovation urbaine…l’EPFA, l’Établissement Public Foncier et d’Aménagement de Guyane, a présenté son projet de plan stratégique de développement au conseil d’administration la semaine dernière.

Vaste chantier

Le plan stratégique de  l’EPFA, l’Établissement Public Foncier et d’Aménagement de Guyane rassemble les 3 domaines d’interventions de l’organisme : un plan pluriannuel d’intervention (PPI) pour les missions foncières ; un plan stratégique opérationnel (PSO) pour les missions d’aménagement urbain et notamment l’opération d’intérêt national - OIN Guyane ainsi qu’un plan pluriannuel d’activités agricoles (PPA) pour les missions agricoles.

Rénovation urbaine

Sur le plan du foncier, plusieurs projets sont au programme. A Cayenne il y a par exemple le Transport en Commun en site Propre ainsi que la rénovation urbaine de la ville….rénovation dont bénéficiera également Saint Laurent. La construction du nouveau pont du Larivot et du doublement de la RN1 est prévue par ailleurs tout comme la poursuite de la régularisation foncière à Maripasoula.

7000 logements

Cayenne : réception et inauguration des logements "les jardins de Jasmin"
©P. Clarke

Dans le volet urbain, des fonds ministériels peuvent permettre à Montsinéry-Tonnegrande, Matoury, Cayenne, Macouria, Rémire-Montjoly, Kourou, Roura, Saint-Laurent et Mana d’accueillir des projets dans le cadre du dispositif OIN pour Opération d’Intérêt National. Pour rappel, dans les OIN, c'est l'État et non la commune qui délivre les autorisations d'occupation des sols et en particulier les permis de construire. De même, c'est le préfet et non la commune qui décide de la création d'une zone d'aménagement concerté (ZAC) dans une OIN.
Cela représente un potentiel de 7 000 logements, environ 26 000 habitants, soit l’équivalent d’une ville comme Kourou. Le foncier d’entreprise représente 1500 emplois. L’investissement total de l’ensemble des acteurs dans l’OIN peut être estimé à environ 1,8 milliards, soit plus de 2 000 emplois par an pour l’aménagement et les constructions avec une attention particulière portée sur la qualité du cadre de vie : Le label « écoquartier » est systématiquement recherché.

Enfin pour le volet agricole, les secteurs Yaoni à Roura et Landau à Régina ainsi que plusieurs périmètres à Iracoubo seront aménagés. Une centaine d’agriculteurs pourront s’installer sur environ 7 000 hectares, cela permettra l’approvisionnement d’usines biomasse à partir de la défriche agricole.