Des lycéens de Mana réalisent avec succès un "bouyon wara" revisité

traditions mana
Réalisation d'un bouyon wara par des lycéens de Mana
Réalisation d'un bouyon wara par des lycéens de Mana ©Eric Léon

Les saveurs du fruit de l’awara préparées par des lycéens. Grâce à une technique rapide, une classe a appris à préparer le pain, du poisson, un dessert et le fameux "bouyon wara”. Une expérience appréciée par les jeunes apprentis de la terminale CAP Poissonnerie du lycée Léopold Elfort.

Pas plus ni moins, la dose est précise ! Ces élèves de terminale CAP poissonnerie doivent préparer le fameux bouyon wara en quelques heures sous l’œil avisé de leurs professeurs. Sandrine Lentin
professeure d’alimentation section poissonnerie du lycée Léopold Elfort :

On va permettre à une famille lambda de pouvoir faire une petite marmite ménagère de bouyon wara, elle ne sera pas obligée d'utiliser une marmite familiale de 50, 60 personnes. On va démontrer qu'à midi, on pourra manger notre bouyon wara comme convenu !

Un bouyon wara revisité à Mana
Les lycéens de Mana font leur bouyon wara ©Eric Léon

Ils mettent tous la main à la pâte. La plupart des élèves sont d’origine surinamaise. Pour eux ce sont de nouvelles expériences qui bousculent un peu leurs habitudes culinaires explique Leandre Gittens, professeur d’alimentation section poissonnerie au lycée Léopold Elfort :

Forcément c'est une ouverture sur les moeurs culinaires de la région Guyane même si ils sont guyanais mais on sait très bien que sur l'ouest on a des habitudes et les élèves découvrent un plat tout simplement typique créole guyanais !


Le bouyon wara n’est pas la seule recette à être préparée ce jour-là avec la pâte d’awara. Ces élèves apprennent aussi à préparer le pain. Ici la quenelle de mousse d’awara ou encore le filet d’Acoupa sauce awara pinda appelé “Wafé”.

Voici enfin le moment de la dégustation. Il est bientôt 12h, les plats sont proposés à la vente et quelques personnels pédagogiques arrivent au compte goutte pour ne rien rater. Tout le monde veut sa petite part comme Catherine Badey, professeure de prévention environnement : "Chaque fois qu'ils sont en cuisine je viens les solliciter. je viens de goûter le bouillon, je n'ai qu'une hâte acheter ma part...". Silvano Nanhou, chef de travaux du lycée Bertène Juminer fait de même.

Le bouyon wara traditionnel de Guyane revisité. Une expérience culinaire que ces futurs cuistots ne sont pas prêts d’oublier.
D’autres expérimentations de ce type sont prévues pour la Pentecôte.

Education: les lycéens de Mana entre innovation et tradition à l'épreuve du "bouyon wara"

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live