guyane
info locale

Auplata obtient le feu vert pour exploiter son usine de cyanuration sur le site de "Dieu Merci"

orpaillage maripasoula
Mine Dieu Merci
©FB Auplata
La préfecture autorise la mise en service d’une unité de lixiviation des minerais d’or sur le site "Dieu-Merci". Cette technique est la seule qui permet de rendre soluble l’or et de l’exploiter avec, selon les études, un risque mieux encadré pour l'environnement.
Le 18 novembre 2015, la préfecture autorisait la société Auplata Mining group à exploiter une unité permettant d’exploiter l’or en utilisant des techniques de protection du milieu naturel. Aujourd’hui la construction de l’unité est finalisée. Selon l’entreprise, une fois en production, le site représentera 75 emplois directs dont 80 % d’emplois locaux.


Des contre-expertises

Depuis 2015, quatre contre-expertises ont été conduites par les services instructeurs de la direction de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement de Guyane pour vérifier la fiabilité de cette nouvelle exploitation. En clair, cette structure traitera les résidus miniers en extrayant l’or résiduel contenu dans les déchets accumulés sur le site du temps où ce minerai était traité par gravimétrie. Cette usine de lixiviation recourt au cyanure (en boucle fermée dans des cuves). 


Un procédé révolutionnaire

Selon le communiqué de presse de la préfecture « le procédé employé permet d’extraire plus de 90 % de l’or contenu dans le minerai contre environ 25 % par procédé gravimétrique. Cette technologie sera opérée selon les meilleures pratiques et répond à toutes les exigences environnementales afférentes aux installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE). La société s’est également engagée à assurer un taux de reforestation jusqu’à 100% alors que la norme légale est de 30 %. »


Optimiser l'extraction de l'or

Il s'agit de faire deux usines en une seule. Le procédé d’extraction de l’or par gravimétrie n’est pas totalement abandonné. Il viendra s’ajouter au procédé hydro métallurgique de l'usine de "Dieu Merci". Un nouvel arrêté préfectoral autorisant le site a été élaboré et signé ce 22 novembre.
"Nous restons très vigilants sur le respect du milieu et des contrôles réguliers seront menés sur les opérations minières par des experts indépendants et par les autorités de l’État » a également précisé dans le communiqué le préfet de Guyane, Marc Del Grande. Une nouvelle accueillie très favorablement dans le milieu minier.
Auplata Mining Group (AMG), constituée en juillet 2004 est cotée en bourse. Auplata est présente en Guyane, au Pérou, au Maroc et en Côte d'Ivoire. 
Publicité