martinique
info locale

"L’incivilité des martiniquais en matière de déchets est réelle et quotidienne"

opinion
Détritus
La Pointe-Courchet au François ©RDJ
Coup de gueule de Roger de Jaham, président de l'association "tous créoles" qui prétend, photos à l'appui, que la mairie du François, entretient les nids à moustiques, quelques jours après l'opération déchiktaj.

ordures par martinique1ereLa Journée "Déchiktaj" du 8 août dernier aurait-elle consisté, pour la ville du François, à simplement repousser les déchets sous les fourrés, c’est-à-dire un peu plus loin que le bord de la route où ils se trouvaient auparavant ? La question est de Roger de Jaham, ancien chef d'entreprise, fort en gueule, aujourd'hui, président de l'association "Tous Créoles", écologiste à ses heures. Il s'appuie sur deux photos prises le 9 août à la Pointe-Courchet au François. Les clichés montrent d’importantes niches potentielles de moustiques...
Carcasse voiture
la Pointe-Courchet au François ©RDJ
"L'incivilité des martiniquais en matière de déchets est réelle et quotidienne, mais il est tout aussi vrai que le laisser-aller et l’incompétence de la ville du François et de l’Espace-Sud en matière de gestion de ces déchets et des ordures ménagères est patente", déclare sévèrement Roger de Jaham. "Nombre de bacs insuffisants, ramassages pas assez fréquents et irréguliers, signalisation approximative des déchèteries ! Bref, l’éradication du chikungunya n’est pas encore pour demain", poursuit-il.

La municipalité du François donne l'impression de ne pas alimenter la polémique et se dit peinée par tant d'incivilité de certains martiniquais. "D'autant que la déchèterie n'est pas loin, ils passent devant pour aller jeter leurs ordures sur le site de la Pointe Courchet, un lieu de marche", dit-on dans l'entourage du maire.

La commune a déjà eu l'occasion de nettoyer mais c'est de pire en pire, le maire aurait même déjà fait appel à des agents de sécurité le soir, procéder à la fouille des ordures, verbaliser certains fautifs. Il en est réduit aujourd'hui à compter sur le bon sens de la population pour dénoncer les pollueurs.
 
 
Publicité