publicité

93 clandestins vénézuéliens interpellés dans une forêt au sud de Trinidad et Tobago

Près d’une centaine de vénézuéliens ont été retrouvés par les forces de l’ordre trinidadiennes cachés dans la forêt près d’une plage de Palo Seco, une région située au sud-ouest de Trinidad et Tobago. Ils sont arrivés clandestinement à bord de 5 embarcations. 
 

Les réfugies vénézuéliens en détention provisoire. © trinidadnewsday
© trinidadnewsday Les réfugies vénézuéliens en détention provisoire.
  • Par Caroline Popovic
  • Publié le
Il y avait 19 femmes, 62 hommes et 10 enfants cachés dans les arbres à Palo Seco. Selon un reportage diffusé dans le journal Trinidad et Tobago Guardian, 4 officiers de police et un sapeur-pompier faisaient partie du groupe de clandestins. Ils attendaient d’être récupérés par leurs proches ou des amis qui habitent à Trinidad et Tobago. Tous ont obtenu des visas de séjour, valables jusqu’à fin juillet 2019.
Les vénézueliens munis d'un visa de séjour. © trinidadnewsday
© trinidadnewsday Les vénézueliens munis d'un visa de séjour.

La population aide les réfugiés


Après avoir été libérés du commissariat central de Siparia, les vénézuéliens ont été nourris par les policiers et les habitants de la ville. Les journalistes sur place leur ont prêté des téléphones portables afin d'appeler des proches à Trinidad et Tobago.
Trinidad et Tobago: un réfugié vénézuelien donne de l'eau à son enfant. © trinidadnewsday
© trinidadnewsday Trinidad et Tobago: un réfugié vénézuelien donne de l'eau à son enfant.
Plusieurs femmes avec des enfants n’avaient nulle part où aller. Pour éviter qu’elles ne tombent entre les mains de malfaiteurs, les habitants de Siparia les ont dirigées vers les églises du coin.
Les réfugiés vénézueliens accueillis par les habitants de Trinidad et Tobago
Les venezueliens retrouvés dans une foret au sud de Trinidad et Tobago sont nourris par les habitants de la région.

Trinidad et Tobago incapable de stopper le flux d'immigrés


Il y a deux semaines, le ministre de l’intérieur a supprimé toutes les navettes qui faisaient des allers/retours entre Trinidad et Tobago et le Venezuela. Depuis l’interdiction, de plus en plus de vénézuéliens mettent leurs vies en péril en arrivant clandestinement sur les côtes trinidadiennes.

Le gouvernement de Trinidad va lancer un programme d’amnistie. Entre le 31 mai et le 8 juin, les réfugiés vénézuéliens pourront obtenir une carte de séjour d’un an et un permis de travail.

Il y aurait déjà 40.000 ressortissants du Venezuela actuellement à Trinidad et Tobago.



 
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play