Au nord de la Martinique, l'activité sismique de la montagne Pelée a enregistré 312 séismes entre le 23 et le 30 avril 2021

catastrophes naturelles
La montagne Pelée
La montagne Pelée vue de Saint-Pierre. ©Martinique la 1ère

Selon le dernier bulletin de l'observatoire volcanologique et sismologique de la Martinique, au moins 312 séismes ont été recensés entre le 23 et le 30 avril 2021. Sans aucun danger pour la population. 

L'activité volcanique de la montagne Pelée a fortement augmenté dans la période du 23 au 30 avril 2021.

312 séismes sans danger pour la population ont été enregistrés dont 241 entre le 27 et le 29 avril, et près de 163 séismes sur le 28 avril.

L'observatoire volcanologique et sismologique de la Martinique (OVSM-IPGP) a mentionné une forte augmentation de l'activité sismique d’origine volcanique dans son bilan hebdomadaire de l’activité de la montagne Pelée ce vendredi 30 avril 2021.

 

Caractéristiques de l'activité volcanique 

 

Pour rappel, la sismicité superficielle est liée à la "formation de micro-fractures" dans le volcan. 

Les séismes ont été “localisés à l’intérieur de l’édifice volcanique entre 3.0 km sous le niveau de la mer et 1 km au-dessus du niveau de la mer”.

Malgré l’augmentation de l’activité, l’OVSM précise que “l’énergie sismique libérée reste modérée avec des séismes dont la magnitude moyenne est restée nettement inférieure à 1.” En effet, aucun tremblement n'a été ressenti par la population.

De plus, pendant cette période, l’OVSM a recensé 13 séismes de type hybrides. Des signaux contenant des basses fréquences indiquant la présence de fluides (gaz, eaux hydrothermales) au coeur de l’édifice volcanique ont été relevés.

Le 30 avril 2021, l’activité avait déjà nettement diminué bien que la sismicité reste au-dessus du niveau de base.

Il est à noter que l'alternance d’activités sismiques faibles et d’activités sismiques fortes est commune lors des phases de réactivation volcanique.

Le niveau d’alerte de vigilance reste Jaune.

Des effets au niveau de la flore

 

Selon l'observatoire, "une zone principale de végétation fortement dégradée est toujours observée sur le flanc sud-ouest de la Montagne Pelée, entre la haute rivière Claire et la rivière Chaude.

Ces observations reflètent la dynamique variable des processus d’origine magmatique et hydrothermale à la Montagne Pelée en cohérence avec son regain d’activité depuis avril 2019."