Le chiffre d’affaires du numérique représente près de 9 % du PIB martiniquais

technologies
numérique
Le numérique est un secteur pourvoyeur de croissance et d’emplois ©PIXABAY-Martinique1ere
La Chambre de commerce et d’industrie vient de présenter une étude sur la filière numérique en Martinique. Cette filière affiche un chiffre d’affaires cumulé qui oscille autour des 800 millions d’euros, soit près de 9 % du PIB martiniquais.

S’il est un secteur en plein essor c’est bien celui du numérique et les acteurs du monde du travail l’ont bien compris. Le potentiel d’emplois est bien réel il importe donc de tenter d’en tirer profit pour notre territoire. Le numérique est au cœur de l’innovation, mais aussi des activités de services, dans le domaine de la santé, celui de l’accompagnement ou encore dans l’environnement. Autant de filières à travers lesquelles on peut trouver des niches d’emploi.

Il importe donc d’accompagner les porteurs de projets, l’une des missions de la chambre de commerce et d’industrie. Cette étude commandée par l’organisme consulaire permet de recenser les acteurs du numérique, de connaître leurs activités et de mieux cerner leurs attentes. Elle a été menée par le cabinet privé IDATE à travers des enquêtes et des entretiens.

Un chiffre d’affaire de près de 800 millions d’euros


Il ressort de cette étude, que la Martinique compte 2400 établissements spécialisés dans le numérique. La plupart des entreprises unipersonnelles. 6 300 emplois sont associés à ce secteur pour un chiffre d’affaire cumulé qui oscille autour des 800 millions d’euros, soit près de 9 % du PIB martiniquais. Il importe cependant pour optimiser davantage la filière de mieux la structurer, notamment en terme d’hébergement, d’accompagnement de projet, d’animation du réseau, de formation ou encore de financement.

Des actions à venir pour optimiser la filière


Les attentes des acteurs du secteur tournent singulièrement autour de l’accompagnement en business plan, de financement spécifique, de soutiens à des événements thématiques ou encore un fond dédié à la création d’un lieu symbolique de la filière, une sorte de Silicon valley locale.

Une étude sur laquelle devrait fortement s’appuyer à la fois la collectivité territoriale, mais aussi le gouvernement par le biais de sa représentation locale, la préfecture de Martinique.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live