Coronavirus : les missions s'enchaînent 24 h sur 24 pour Dragon 972 pendant la crise sanitaire

coronavirus
Dragon 972
l'hélicoptère de la sécurité civile en mission pendant la pandémie du Covid-19 (3 avril 2020) ©DR
Les équipes du Dragon 972 interviennent en pleine crise d'épidémie du coronavirus pour porter secours sans savoir si les victimes sont infectées par le covid19. Récits de leurs missions à Basse-Pointe, au Lorrain et au Marin avec les sapeurs-pompiers de Martinique.
Secours à personne et aide médicale d'urgence sont les missions quotidiennes des pilotes de l'hélicoptère de la sécurité civile "Dragon 972" avec à leur tête Denis Vuillemin, chef inter-bases zones Antilles-Guyane et chef de base hélicoptère de Martinique.

En coordination avec le SDIS (Service D'Incendie et de Secours),  le SAMU 972 et l'EMIZA (Etat-major interministériel de la Zone de Défense et de Sécurité Antilles), les équipes interviennent sur la Martinique mais aussi sur la Caraïbe dans un contexte sanitaire impacté par l'épidémie de coronavirus.

Une mission que les pilotes ne découvrent pas. Ils sont formés au secours d'urgence (les urgences coronariennes, neurologiques, etc...) et les urgences coronariennes, neurologiques, etc... Dans la région, il faut parfois un heure aller et une heure retour, il y a des endroits très difficiles d'accès. L'hélicoptère est capable de se poser à quelques mètres des maisons, même au milieu d'endroits isolés, dans des milieux hostiles en montagne, en mer pour des opérations de sauvetage

L'hélicoptère est capable de se poser à quelques mètres des maisons, au milieu d'endroits isolés, difficiles d'accès et dans des milieux hostiles en montagne, en mer.

L'équipage du Dragon 972 intervient également lors de catastrophes naturelles ou autres gestion de crises.

Le Dragon 972 est intervenu le vendredi 9 avril 2020 en appui des Pompiers du Lorrain dans le milieu de la nuit pour une victime inconsciente à son domicile.
L' état de la victime a nécessité le renfort du SAMU 972. 
Autre exemple de secours communs avec les sapeurs-pompiers de Basse-Pointe le mercredi 7 avril 2020 pour une victime suspectée d’être touchée par le Covid19.

Tout comme leurs collègues pompiers du dispositif COVID basés à RivièreSalée, le sauveteur héliporté s’est équipé de la tenue risques infectieux kit risque biologique‬.
La semaine dernière, une intervention nocturne s'est déroulée sur la commune du Marin.

C'est un challenge pour nous d'être capable d'accomplir nos missions en ambiance Covid. Nous devons respecter le protocole de protection pour éviter toute contamination.

- Denis Vuillemin chef inter-bases zones Antilles-Guyane et chef de la base hélicoptère de Martinique.

Hélicoptère de la sécurité civile
Dragon 972 en mission pendant la phase de confinement lié au Covid-19. ©Martinique la 1ère
Sur la base de l'aéroport Aimé Césaire, quatre pilotes, 4 mécaniciens et 3 sauveteurs héliportés du SDIS sont prêts à intervenir en toutes circonstances.

Avant de décoller, la première des consignes est de revêtir des vêtements propres, se désinfecter les mains, se protéger les cheveux avec une charlotte, les yeux avec des lunettes spécifiques, le corps avec une sur-blouse et un sur-pantalon, les mains avec des gants et les pieds avec des sur-chaussures.
Coronavirus dragon 972
Le pilote du Dragon 972 en intervention à Basse-Pointe le 8 mars 2020. ©DR

Lorsque nous partons en secours à personne, un blessé grave, une personne qui en insuffisance cardiaque que nous devons transporter au CHUM, nous ne savons pas si la victime est infectée par le Covid-19. Nous devons donc anticiper tout en pratiquant une bonne gestion des équipements de protection qui ne sont pas légions.
 

Dragon 972
Dragon 972 au ravitaillement avant de repartir en mission (3 avril 2020) ©RS
Au retour, les pilotes doivent désinfecter l'hélicoptère selon un protocole bien précis, se déséquiper, déposer les sur-chaussures, blouses, gants et charlotte dans un réceptacle pour produits souillés qui seront ensuite traités par le SDIS. 

Et en dernière phase, se désinfecter en utilisant un produit virucide sous la douche. Les vêtements passeront à la machine à laver pendant 30 minutes et à plus de 60°.

Autre type d'intervention, le transport de matériel médical pour sécuriser le travail des infirmiers au profit de la Martinique, de la Guadeloupe et de la Dominique. Une opération menée conjointement par le Docteur Benchikh, chef du service neurologique du Centre hospitalier Universitaire de Martinique (CHUM), le préfet de Martinique Stanislas Cazelles et la direction de l'hôpital de Roseau à la Dominique.
Le Dragon 972
L'hélicoptère de la sécurité civile Dragon 972, appellation de l’hélicoptère EC 145 basé sur l’aéroport Aimé Césaire, dispose des équipements les plus modernes pour répondre aux besoins du SAMU 972, du SDIS 972 et CROSS-AG.

Depuis son arrivée en 2012, Dragon 972 assure des missions de sauvetage, recherche et secours à personnes: évacuations de victimes après un accident de la route, une noyade, interventions en mer et sur terre ou encore sauvetages en cas de catastrophe naturelle.

4 pilotes, 4 mécaniciens opérateurs de bord et 3 sauveteurs héliportés du SDIS constituent la base hélicoptère de la sécurité civile de la Martinique. Ces personnels disposent de qualifications de très haut niveau. Ils mettent en œuvre l’hélicoptère Dragon 972 en tous lieux, de jour comme de nuit. Ils interviennent environ 900 fois par an.

Les pilotes de Dragon 972 savent voler dans des environnements hostiles de jour et de nuit, sur terre comme en mer dans des conditions météorologiques souvent difficiles.

Ils sont aussi qualifiés au vol aux instruments leur permettant de voler dans les nuages au même titre que les avions de ligne. C'est une profession où il faut accepter de se remettre continuellement en question afin de garantir la sécurité de l'équipage et des personnes transportées ou hélitreuillées.