Cyclisme, foot, Hand.... comment l’Etat contrôle les compétitions en Martinique face à la pandémie ?

sport
Sport
©Martinique la 1ere

Plusieurs représentants de l’État se sont rendus sur les différentes manifestations organisées durant le week-end. Objectif : s'assurer que les protocoles sanitaires fédéraux sont bien respectés. Si ce n’est pas le cas, les autorités pourraient à terme interdire certaines disciplines.

Peu à peu, les compétitions sportives reprennent. Toutefois, afin qu’elles puissent se tenir et accueillir le public en toute sécurité, l’État et les fédérations ont mis en place des protocoles sanitaires, lesquels doivent être respecter scrupuleusement par les organisateurs . 

Durant ce dernier week-end de janvier, des représentants de la préfecture se sont rendus dans plusieurs manifestations, afin de vérifier la bonne application des mesures en vigueur.

Cyclisme 

 

Enrico par exemple, s’est rendu sur le contre-la-montre cycliste par équipes, à Sainte-Luce. Il s'est d'abord assuré que l’ensemble des concurrents portaient le masque avant l’épreuve, de même que les organisateurs. Le contrôleur a aussi vérifié que la présence des personnes sur place était indispensable et que les participants remettaient le masque à l'issue de l'épreuve.

Dans l’ensemble, le protocole mis en place par le comité régional imposé par le cahier des charges de la Fédération Française de Cyclisme, a été respecté. 

Hand, foot...

 

D’autres contrôles ont été effectués lors des matches de handball et de football. Dans les deux cas, c'est le public qui a été particulièrement observé. dans les tribunes, il fallait porter le masque et respecter la distanciation d’au moins un mètre entre chaque spectateur non issu d'un même foyer. Les délégués ont aussi vérifié que la sécurité des joueurs était bien garantie, avec du gel hydroalcoolique, le relevé de température et un référent Covid.

La pédagogique avant les sanctions 

 

"Ces contrôles ont pour l’heure une visée préventive et pédagogique". En effet, les représentants de l’État ont signalé aux organisateurs les améliorations à apporter à leurs manifestations. En cas de non-respect des consignes, ces derniers pourraient faire l'objet de sanctions, "jusqu'à la suppression des compétitions".