De nouveaux produits en plastique à usage unique sont interdits depuis le 1er janvier 2022

environnement
61d37b46a5782_plastic.jpeg
Interdiction des produits en plastique à usage unique (image d'illustration). ©Pixabay
La liste des objets en plastique à usage unique interdits depuis janvier 2020 s’est allongée. Pailles, couverts, touillettes, boites à sandwich, bouteilles en plastiques, couvercles de boissons, tiges pour ballons, confettis et piques à steak se sont ajoutés aux gobelets, assiettes et coton-tige.

De nouveaux produits en plastique à usage unique sont interdits depuis le début de cette année 2022. Pailles, couverts, touillettes, boites à sandwich, couvercles de boissons, tiges pour ballons, confettis et piques à steak sont concernés. Les distributeurs de ces produits ont 6 mois pour écouler leurs stocks d’après le Gouvernement.

En outre, les entreprises et les établissements publics ne pourront plus distribuer de bouteilles en plastique. L’expédition sous emballage plastique des journaux, magazines et des publicités est également interdite depuis le 1er janvier dernier. L’objectif de l’Etat est d’éliminer progressivement le plastique à usage unique d’ici à 2040, à la faveur de la loi anti-gaspillage.

2040 est une ligne d’arrivée, mais la course a déjà commencé (…). Le texte prévoit que des objectifs de réduction, de réutilisation, de réemploi et de recyclage soient fixés par décret pour la période 2021-2025, puis pour chaque période consécutive de 5 ans. Ces décrets sont rédigés avec les ONG, les industriels, les collectivités et les associations de consommateurs, afin de définir conjointement des objectifs réalistes et des solutions crédibles.

(écologie.gouv.fr)

"Mieux produire"

"Sortir du plastique jetable, mieux informer le consommateur, lutter contre le gaspillage et pour le réemploi solidaire, agir contre l’obsolescence programmée, mieux produire", tels sont les grands enjeux de cette loi anti-gaspillage pour une économie circulaire.  

Parmi les mesures prévues :

  • La création de nouvelles filières pollueur-payeur pour embarquer de nouvelles familles de produits dans l’économie circulaire (jouets, articles de sport, de bricolage, matériaux de construction, mégots, couches et lingettes...) et l’exigence de transparence sur les impacts sanitaires et environnementaux des produits, sur la gestion des déchets ;
  • La lutte contre le gaspillage des produits invendus, alimentaires ou non ;
  • Mieux contrôler et sanctionner les délits contre l’environnement (pouvoirs des maires renforcés pour lutter contre les dépôts sauvages, etc.), pour soutenir les entreprises dans leurs démarches d’éco-conception, avec des systèmes incitatifs de type bonus-malus par exemple, et accompagner les citoyens dans de nouvelles pratiques de consommation (simplification du tri, développement de la consigne ou du vrac…).

(Source : Ministère de l’écologie)

Le recyclage à grande échelle du plastique permet également de "se protéger contre les fluctuations du marché international du plastique vierge, fortement corrélé au cours du pétrole brut" souligne le Ministère de la Transition Ecologique.