Des militants craignent une atteinte à l'environnement aux Salines, à Sainte-Anne

manifestation
Manifestants sur la route des Salines
Manifestants sur la route des Salines (dimanche 3 avril 2022). ©Christine Cupit
Des militants de 18 associations manifestent ce dimanche 3 avril 2022, contre un projet de construction d'une aire de stationnement et d'un petit port de plaisance aux Salines à Sainte-Anne. Ils dénoncent une atteinte à l'environnement.

Des militants de 18 organisations dont l’Assaupamar (Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Martiniquais ) ou le MIR (Mouvement international pour les Réparations), s'opposent à un projet d'aménagement aux Salines à Sainte-Anne. Jeunes et moins jeunes, manifestent leur opposition sur le site ce dimanche 4 avril 2022. 

De quoi s'agit-il ?

Il s'agit d'un projet de l'ONF (Office National des Fôrets), de construction d'une aire de stationnement et d'un petit port de plaisance à la pointe des Salines, juste avant le lieu surnommé "la table du diable". Sur ce site, il existe notamment un restaurant, une salle de fête. Le reste est vierge.

Ce site est au bord de la mer. Avec l'érosion du littoral, la plage à beaucoup diminué...Les manifestants estiment que ce n'est pas la solution dans cette zone de Sainte-Anne qui est censée être protégée. Tout cela leur rappelle le projet Asathama, contesté puis abandonné en 1974.

Il y a un côté inconnu qui mérite d’être éclairci et notamment par rapport au projet. Au-delà de ça, c’est toute la question de la protection de notre bien commun. Chaque année aux Salines, il y a de petites attaques qui trahissent une vérité quant à l’avenir des Salines. Le projet Asathama de 1974 (projet d'aménagement touristique), refait surface. Peut être pas dans la même forme mais c’est cette notion de privatisation des Salines qui est très risquée pour les Martiniquais.

Ferdinand Jeremy, militant du groupe Péyi-a

Je suis sensible à la protection de ce site qui est une zone humide , nous connaissons l’importance des zones humides par rapport au réchauffement climatique. Je suis ici avec mon enfant parce que ce combat c’est pour les générations futures contre la privatisation des lieux.

Myriam Malsa, militante écologiste

Pour moi ce projet est un remake du projet Asathama de 1974 il y a toujours la pression, la menace sur ce site.

Une militante déjà présente en 1974

Nous avions déjà mené à l’époque en 1974, un important combat pour protéger ce site lors du fameux projet Asathama A Amoun SA Sablé TA Taylor MA Matthew c’ était un consortium de multinationales (projet d’hôtels avec équipements de transporta aériens). nous remercions Henry Mangalle de France Antilles de nous avoir aidé faire capoter ce projet. Aujourd’hui, on se rend compte que d’autres veulent continuer à menacer les Salines en faisant construite notamment un canal qui va assécher les étangs et faire mourir la mangrove.

Charles Virassamy président fondateur de l’association pour la protection de la nature et de l’environnement

Mangrove des Salines (Sainte-Anne, Martinique)
"Le Canal est bouché par les remblais, la mangrove se meurt", selon les manifestants. ©Christine Cupit

Des échanges devraient permettre de trouver un consensus pour la préservation de tous les intérêts.