Deux hôtels cherchent repreneurs en Martinique : le Marouba au Carbet et le Club des Trois-Ilets

tourisme
Hôtels / tourisme / Marouba et Club des Trois-Ilets
Image d'une partie du complexe du Marouba (à gauche) et de l'hôtel Club des Trois-Ilets (à droite). ©Martinique 1ère
Fermés depuis plus de 7 ans, le Marouba dans le nord et l’hôtel Club dans le sud, attendent des repreneurs. Propriétés de la Collectivité Territoriale de Martinique, ces établissements nécessitent des travaux avant de reprendre du service. Les offres sont reçues jusqu’au 20 mai prochain.

Après plusieurs années d’inactivité, les hôtels Marouba au Carbet et le Club des Trois-Ilets pourraient rouvrir, mais à condition de trouver des repreneurs. C’est en tous cas le souhait de la Collectivité Territoriale de Martinique, propriétaire des deux sites depuis leur liquidation, respectivement en 2015 et 2014.  

 Appel à projets depuis 2017

Pour les deux établissements, des porteurs de projets se sont déjà manifestés depuis 2017, lorsqu’un Appel à Manifestation d’Intérêt avait été lancé. L’AMI est une procédure "permettant à une personne publique de solliciter l’initiative privée pour favoriser l’émergence de projets". Mais à ce jour, pas de concrétisation, d’où le rappel de la CTM via L’Etablissement Public Foncier Local de Martinique, dans le cadre du Plan de Relance de la nouvelle gouvernance.  

Plage / hôtels
Côté plage, le Marouba (à gauche) et à l'hôtel Club des Trois-Ilet (à droite). ©Martinique 1ère

  

Il faut dire que le secteur qui était déjà en difficulté n’est pas au mieux de sa forme en ce moment, singulièrement depuis le début de la pandémie de Covid-19. Et puis il y a l’ampleur des chantiers et le poids de chaque mise, dans des espaces qui ont du potentiel.

Le coût de l’exploitation est estimé à environ 20 millions d’euros pour la structure des Trois-Ilets et 50 millions pour celle du Carbet. L’intention de la Collectivité majeure vise à "renforcer l’attractivité du territoire", un des points de la priorité N°7 du plan 2022-2024.

(Re)voir le reportage de Dominique Legros et de Marc-François Calmo.