publicité

La diaspora indienne de Martinique rend hommage à deux figures emblématiques : Pierre et Rose Ramassamy

La communauté indienne de Martinique se réunit le samedi 27 octobre 2018, à l'habitation Depaz à l'occasion d'un nadron, cérémonie de danses sacrées. Il s'agit de rendre un hommage à Pierre et Rose Ramassamy, deux gardiens des traditions indiennes, partie intégrante de la culture martiniquaise.

© DR
© DR
  • Daniel Bétis
  • Publié le
Un nadron, est une cérémonie racontant l’histoire de la danse sacrée indienne. Le samedi 27 octobre à 19 heures à l’habitation Depaz à Saint Pierre, l’association "Savana Savita", rend hommage à deux figures indiennes : Pierre et Rose Ramassamy. 

Nés à Saint-Pierre, Ils étaient deux gardiens de la tradition qui ont mutualisé leurs connaissances afin de perpétuer la culture indienne.
Ce nadron sera l’occasion de recevoir les martiniquais qui s’intéressent à la culture, mais également une délégation qui vient de Guadeloupe.

Échanger sur la culture indienne


L’association "Savana Savita" présidée par Nathalie Palamy, a pour objectif de valoriser et assurer la transmission de la culture venant de l'Inde.
En 12 ans d’existence elle a multiplié les opérations et les manifestations afin de permettre aux martiniquais de découvrir un pan de son patrimoine. Elle organise également l'élection de Miss et Little Dancer Bollywood Martinique. "Savana Savita" se veut une courroie de transmission et un creuset d’échanges culturels avec les autres communautés.
Nadron indien à Saint-Pierre

Deux gardiens de la tradition :


Pierre Ramassamy (1931-2018) était "Vatialou", maître de cérémonie. Il a grandi, habité et travaillé à l’habitation Depaz. Il était mécanicien industriel. Ancien conseiller municipal, il s’est consacré à la culture indienne en confectionnant les matalons (petits tambours) et les narets (coiffes indiennes). 
Pierre et Rose Rammassamy © DR
© DR Pierre et Rose Rammassamy
Rose Palamy-Ramassamy (1938 - 2018) était la fille d’un géreur venu de Madras (inde). Née sur l’habitation Depaz, elle grandit dans la tradition avec ses frères. Ouvrière agricole et conductrice de tracteurs, elle était gardienne du savoir-faire cultuelle, culinaire, linguistique (tamoul), vestimentaire de ses ancêtres. De plus, alors que jadis seuls les hommes pratiquaient la danse sacrée, Rose Palamy aidée par ses frères, son père et grâce à la déesse Shiva, devient la première femme à pratiquer la danse sacrale.

Les époux Ramassamy après leur union en 1974, ont été des éveilleurs de consciences et des ambassadeurs de la culture indienne.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play