Dominique : l’opposition boycotte les élections législatives anticipées

océan atlantique
Les candidats de l'opposition UWP
Les candidats de l'opposition UWP, Parti Uni des Travailleurs, boycottent les élections législatives ©UWP Dominica
L’UWP (parti uni des travailleurs) ainsi que le DFP, (parti de la liberté de la Dominique), refusent de participer aux prochaines élections législatives annoncées le 6 décembre 2022. L’opposition voulait attendre l’adoption d’un projet de loi de réforme électorale dont la présentation était prévue fin janvier 2023. Le Premier ministre Roosevelt Skerrit en a décidé autrement.

Selon les élus de l'opposition UWP, qui détiennent 3 des 21 circonscriptions de la Dominique, le scrutin du 6 décembre 2022 est une "élection frauduleuse".

L’UWP (dont le leader a donné sa démission il y a un mois), attendait la mise en place d’une reforme électorale prévue fin janvier 2023 qui modernisait le système électoral et la mise à jour de la liste des électeurs. Le Premier ministre sortant Roosevelt Skerrit, a annoncé des élections législatives anticipées le 6 décembre 2022, deux ans avant la fin du mandat de son gouvernement.

Roosevelt Skerrit, a déjà mis en garde les partis de l’opposition de la Dominique. Il ne tolérera aucune entrave au déroulement des élections.

En 2019, l’année des dernières législatives, Skerrit a fait appel aux Services Sécuritaires de la Région basés à Barbade, pour disperser les manifestations de l’opposition. À l’époque, les manifestants demandaient plus de transparence sur le processus électoral.  

Les bêtises qu’ils ont commis lors des dernières élections, les routes bloquées et les pneus enflammés, ne seront plus tolérées à la Dominique. Si ça se passe, nous allons régler ça dans le cadre des lois du Commonwealth de la Dominique.

Roosevelt Skerrit, Premier ministre sortant de la Dominique

Manifestations Roseau Dominique 2019
A la Dominique, les manifestations de l'opposition en 2019 pour exiger la reforme électorale. ©CaribbeanNewsWeekly

Une réforme électorale en cours

Après les législatives de 2019, Dennis Byron, ancien président de la cour de justice de la Caraïbe et président du Tribunal Pénal International pour le Rwanda, a été nommé par Roosevelt Skerrit pour élaborer un projet de loi pour reformer le système électoral de la Dominique.

Dans un courrier daté du 6 novembre 2022, Dennis Byron, juge avec plus de 50 ans d’expérience, a écrit au Premier ministre de la Dominique avec copie au leader de l’opposition et au président de la commission électorale, pour confirmer la présentation du projet d'ici à fin janvier 2023.  

La Phase I est consacrée à l'inscription des électeurs et la Phase II, au processus électoral. Je termine la Phase1.

Dennis Byron, juriste

Dennis Byron, juriste
Dennis Byron, juriste ©CCJ

Une élection sans opposition

Roosevelt Skerrit a décidé de ne pas attendre la finalisation du projet de loi qui a été financé avec l’argent des contribuables.   

Il a déjà présenté ses candidats.  Sept anciens ministres ont été évincés. Les élections auront lieu.

Un nouveau parti politique, le TUD (Equipe Unifiée de la Dominique), créé en août 2022, demande aux autres partis de former une coalition pour s’opposer à Roosevelt Skerrit.