Présidentielle 2022 : le vote Le Pen exprime un malaise en Martinique

élections
Marine le Pen (à gauche) et Emanuel Macron (à droite). ©Facebook Marine Le Pen /Emmanuel Macron
Emmanuel Macron a été réélu, dimanche 24 avril 2022, président de la République face à sa rivale Marine Le Pen, avec 58,2%. La candidate du Rassemblement National (ex Front National) est arrivée largement en tête en Martinique au second tour. Elle devance Emmanuel Macron dans 32 communes sur 34.

Emmanuel Macron est réélu à l'Elysée avec 58,2% des voix contre 41,8% pour Marine le Pen. En Martinique, la candidate du Rassemblement National devance Emmanuel Macron dans 32 communes sur un total de 34.

Selon le politologue Justin Daniel, ce résultat ne reflète pas forcément une adhésion à l'idéologie de l'extrême droite.

justin daniel
Justin Daniel, professeur de science politique à l'Université des Antilles ©Martinique 1ère

Il y a moins un vote d'adhésion à Marine Le Pen et tout ce qu'elle incarne, qu'un vote contre Emmanuel Macron et ce qu'il représente de son côté. Il est également frappant de constater la rapidité avec laquelle un vote en faveur de la gauche radicale de Jean-Luc Mélenchon a été converti en vote en faveur de l'extrême droite. Ce qui conforte que ce n'est pas un vote d'adhésion. Au premier tour, l'on avait noté avec le vote en faveur de Mélenchon l'expression d'une colère où il y avait aussi une forme de protestation et Marine Le Pen capitalise là-dessus. Ce vote est un signal pour tous les responsables à tous les niveaux parce que cela signifie qu'il y a des problèmes et un malaise sur lesquels il faudra se pencher.

Justin Daniel, politologue

Dans le commune de Case-Pilote, le maire Ralph Monplaisir, soutenait Emmanuel Macron. Le score est très serré. C'est la candidate Marine Le Pen qui arrive en tête avec 50,47% contre 49,53% à Emmanuel Macron.

Polmitique
Ralph Monplaisir ©Martinique la 1ère

Les français ont choisi. Emmanuel Macron est élu à la Présidence de laRépublique. Je m’en réjouis ! Nous ne pouvons malgré tout ignorer les résultats des votes en Martinique, Guadeloupe et Guyane, et le message associé. Nous devrons y répondre par les actes. J’apporterai tout mon soutien à Emmanuel Macron et à son gouvernement, et un engagement total pour mettre en oeuvre les projets notamment liés à l’économie bleue, à l’économie verte et à la transition énergétique. Nous pourrons ainsi assurer le nécessaire développement social et économique indispensables pour un essor endémique durable de nos territoires.

Ralph Monplaisir, soutien de Emmanuel Macron

Daniel Marie-Sainte Gran Sanblé Pou Matinik

Daniel Marie-Sainte
Daniel Marie-Sainte, élu du Gran Sanblé. ©Martinique1ere

Pour Arlette Bravo-Prudent, personnalité de la culture , c'est un vote de rejet de l’offre politique, de colère. "On ne devrait pas s’en satisfaire. La colère n’est jamais bonne conseillère".

Arlette Bravo-Prudent
Arlette Bravo-Prudent ©Youtube

Marine Le Pen arrive en tête en Martinique sur une terre marquée par l’esclavage et vent debout contre le racisme. Avec en plus le Komité Lepen Dérow et qui laissait accroire cet objectif définitif atteint. La fille du père Le Pen en tête à la Martinique alors qu’elle n’a pas osé se rendre à la Martinique pour faire campagne. C’est surréaliste !!! Mais non, pas du tout, la Guadeloupe et la Guyane ont été également touchées par le même phénomène. Nous avons tous individuellement, collectivement et politiquement une part de responsabilité dans le choix de Marine Le Pen par les électeurs de la Martinique. Il faut avoir l’humilité de le reconnaître pour mener toute analyse inclusive et espérer trouver des clefs de lecture pour tenter de déminer le champs de mine.

Arlette Bravo-Prudent, personnalité de la culture

De son côté, Guy Lordinot, l'ancien député de Martinique retient "par delà les grands débats métaphysiques et philosophiques des grands défenseurs de la Démocratie et de l’antifascisme" (en promouvant la candidature de Macron) que l’électeur Antillais a mûri "et il s'en félicite, au vu des résultats de ce second tour en Outre-mer.

Guy Lordinot
Guy Lordinot, ancien député de Martinique (12 juin 1988 au 1er avril 1993). ©Martinique la 1re

Je n’aurais jamais imaginé qu’il soit si difficile pour des personnes dont je pensais qu’elles étaient dotées de discernement de concevoir que les Domiens dans leur grand ensemble ne votent pas POUR un candidat du Front National, mais bien CONTRE un candidat qui n’a eu de cesse de les maltraiter et de les mépriser pendant toute la durée de son mandat,... Et il se trouve malheureusement que la seule alternative était un candidat du Front National car seuls les hypocrites et ceux qui préfèrent s’enfouir la tête dans le sable pour fuir leur responsabilité ont pu prôner l’abstention ou le vote blanc...

Guy Lordinot ancien député de Martinique

Pour Marie-Hélène Léotin, les Martiniquais, Guyanais, Guadeloupéens n'ont pas voté pour l'idéologie d'extrême-droite.

61b1fff71fa72_whatsapp-image-2021-12-09-at-08-27-45.jpeg
Marie-Hélène Léotin, ex membre du conseil exécutif de la CTM et dirigeante du CNCP (groupe indépendantiste). ©Isabelle Cibrélus

La position la plus difficile à tenir, mais la plus juste, était l'abstention militante. Montrer que nous n'entrons pas dans ce jeu là. Répéter à longueur de journée qu'il faut aller voter parce que c'est un droit conquis de haute lutte et bla bla bla... Prétendre qu'il n'y a plus d'idéologies depuis la chute du Mur de Berlin et bla bla bla... Mais le capitalisme et le néo-libéralisme règnent en maîtres... Les Martiniquais, Guyanais, Guadeloupéens n'ont pas voté pour l'idéologie d'extrême-droite. Ils ont voté anti-Macron et sa politique sanitaire. Il nous faut continuer notre travail d'éducation et de politisation des masses, comme disait Frantz Fanon, avoir le sens du pays, comme disait le regretté Raoul Serva. Je ne suis pas inquiète. A nous de savoir ce que nous voulons pour notre pays!

Marie-Hélène Léotin

Catherine Conconne, secrétaire générale la Martinique Ensemble a rappelé que sa formation politique avait dès le 1er tour,  appelé à voter contre l’extrême droite.

Catherine Conconne
Catherine Conconne, ©Martinique la 1ère

Nous ne pouvons néanmoins nous réjouir tant le score de Marine Le Pen a atteint un niveau sans précédent, en particulier chez nous. Nous entendons la souffrance qui s’exprime derrière ce vote et l’expression d’un rejet de la politique présidentielle menée depuis 5 ans. Nous savons les difficultés qui touchent une grande partie de notre population : hausse des prix, difficultés d’accès aux soins, chômage, précarité, incertitude visà-vis de l’avenir… et nous voulons affirmer qu’il existe d’autres horizons que ceux qui se bâtissent sur les peurs.

Catherine Conconne - Secrétaire générale - La Martinique - Ensemble