Chasse aux iguanes de type "rayés" à Fort-de-France, afin de protéger l’espèce endémique

environnement fort-de-france
Capture d'iguanes
Capture d'iguanes sur la Savane à Fort-de-France. ©Audrey Govindin

La municipalité foyalaise accentue la capture des iguanes dits "rayés", lesquels circulent au centre-ville et dans la périphérie. Elle a lancé ce mardi 18 mai 2021, une nouvelle chasse aux iguanes. L’objectif est de protéger l’espèce endémique baptisée iguane "péyi" et les riverains.

Il n’est pas rare de croiser ces lézards près du Fort Saint-Louis, sur la plage de la Française, à Fort-de-France. Ils sont même devenus une attraction touristique.

Mais depuis quelques années, les iguanes "rayés" semblent se multiplier, au détriment de leurs congénères baptisés iguanes "péyi".

Chasse aux iguanes / Fort-de-France
Opération chasse aux iguanes rayés près du Fort Saint-Louis et sur la place de la Savane à Fort-de-France (mai 2021) ©Gerty Couchy

Les iguanes "rayés" en particulier sur la queue, sont considérés comme "une espèce exotique envahissante, importée dans les années 60 par le père Pinchon". Elle a "des impacts économiques, sanitaires et écologiques" explique la direction locale de l’environnement.

  • Impact économique, car en creusant des terriers, cet iguane indésirable provoque des dommages aux infrastructures, comme des fissures sur les routes ou la détérioration du réseau électrique.
  • Impact sanitaire, puisqu’en trouvant une partie de sa nourriture dans les poubelles et décharges comme les rats, il peut être vecteur de salmonelles et de bactéries.
  • Impact écologique, parce que les deux espèces peuvent se reproduire entre elles, et cette hybridation entraîne la perte du patrimoine génétique de l’espèce endémique.

(Source : martinique.developpement-durable.gouv.fr)

Mise à mort des envahisseurs

 

Depuis quelque temps, commerçants et riverains se plaignent de la présence d’un grand nombre de ces iguanes "rayés" sur le territoire de la ville de Fort-de-France.

Les agents qui interviennent sont formés et habilité par la DEAL.

Ils sont autorisés à capturer et à mettre à mort l’iguane commun.

L’animal est capturé à l’aide d’une canne ou avec les mains, puis il est mis dans un sac hermétique et moins de 4 heures après l’opération, il est tué à la carabine.

 

Une fois qu’il est mort, l’iguane indésirable est mesuré, il est pesé, son sexe est identifié, on note des détails sur son état général…

Ces informations sont ensuite transmises à la DEAL, afin de mieux lutter contre l’invasion.

(Leila Vergnac, responsable de la cellule 3D (Dératisation, Désinsectisation, Désinfection)

Equipe 3D / Fort-de-France
Equipe 3D (Dératisation, Désinsectisation, Désinfection) de la municipalité de Fort-de-France (mai 2021). ©Gerty Couchy

L’iguane rayé s’est déjà invité aussi dans certains établissements scolaires de la ville (Baie des Tourelles, Volga, l’ex IUFM…) et dans des crèches.

Ces lézards remontent également les cours d’eau, jusqu’à Didier en passant par La Meynard et les Terres-Sainville, précise l’équipe 3D.

Pour toute intervention, contactez le 0696 399 572.