L'avocat du président de Madivial ne s'étonne pas que la coopérative fasse l'objet "d'attaques, de soupçons, de rumeurs"...

sécurité
Affiche Madivial
Dirigeants et adhérents de Madivial lors d'une réunion. ©Martinique la 1ère

L'audition dans les service douaniers du président de Madivial Ange Milia et deux de ses collaborateurs s'est achevée mercredi soir (19 mai 2021) vers 23 heures. 

Trois responsables de la coopérative agricole Madivial dont le président Ange Milia, ont été entendus pendant plus de 24 heures (18 et 19 mai) par les agents de la douane. Ils ont fourni des explications sur une présumée surproduction de viandes et l'utilisation de fonds européens dans la filière. Le contexte n'étonne pas Philippe Senart, l'avocat du président de Madivial.

Depuis de nombreuses années, la coopérative Madivial fait l'objet d'attaques, de soupçons, de rumeurs...

 

Les services d'enquêtes de la douane ont souhaité entendre de manière étendue et précise le dirigeant de cette coopérative. Il a fallu le temps qu'il s'explique sur plusieurs points et à la suite de ses explications, il a été libéré.

Maître Philippe Senart, avocat d'Ange Milia

 

Dans le milieu de l’élevage, certains avaient déjà accusé Madivial et son président de détournements de fonds européens et avaient été condamnés pour diffamation. Aujourd'hui encore une nouvelle rumeur d'utilisation délictueuse de fonds européens resurgit.

Dans ce dossier, un certain nombre d'informations ont été portées au public par des personnes dont j'ignore l'identité (...) Ce que je peux vous dire, c'est que M. Milia s'est expliqué sur le fonctionnement de la société Madivial et a indiqué qu'en aucun cas, il n'y avait de volonté de détourner quoi que ce soit.

Maître Philippe Senart

 

Philippe Senart est interrogé par Franck Edmond-Mariette.